»
»
»
Consultation

Les rappeurs Booba et Kaaris en procès pour la rixe d'Orly

Les rappeurs Booba et Kaaris en procès pour la rixe d'Orly
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les deux frères ennemis du rap français, Booba et Kaaris, doivent être jugés ce jeudi à Créteil (Val-de-Marne), un peu plus d'un mois après une bagarre qui avait provoqué des retards à l'aéroport d'Orly et des dégâts dans une salle d'embarquement.

Initialement programmé le 3 août, le procès en comparution immédiate des deux artistes et de neuf autres personnes qui les escortaient le jour de la rixe a été renvoyé en raison de la complexité des débats et de l'heure tardive de l'audience.

Les onze prévenus, d'abord placés en détention provisoire puis relâchés courant août, répondront notamment de violences aggravées devant le tribunal correctionnel de Créteil.

Les magistrats saisis de ce dossier inédit dans les annales du rap en France tenteront de comprendre l'engrenage qui a conduit aux échauffourées du 1er août, survenues devant des passagers effarés, en transit à Orly-Ouest.

C'est dans un hall de cet aérogare francilien que Booba et Kaaris, tous deux en partance pour Barcelone pour y donner des concerts distincts, se sont rencontrés - semble-t-il inopinément - puis se sont livrés à une bagarre générale, clan contre clan.

Cette altercation a marqué le paroxysme de quatre années de rancune entre les deux ex-acolytes, dont les relations se sont envenimées à partir de 2014 au point de tourner au "clash" selon le vocabulaire en usage dans le milieu du rap.

"L'ABCÈS A ÉTÉ CREVÉ"

Sur le fond, les avocats de Kaaris - Okou Gnakouri de son vrai nom - prévoient de défendre la thèse selon laquelle Booba - Elie Yaffa à l'état civil - a déclenché les hostilités.

"Nous plaidons la défense légitime", a déclaré à Reuters Me David-Olivier Kaminski, qui s'appuie notamment sur les images de vidéosurveillance.

La partie adverse renvoie la responsabilité de la mêlée à Kaaris, qui aurait proféré sur internet des menaces à l'encontre de son adversaire et aurait eu un comportement manifestement hostile lors de leurs retrouvailles fortuites à Orly.

Sur la forme, les avocats des deux chanteurs comptent également invoquer des vices de procédure.

"L'abcès a été crevé", a déclaré Booba lors de la première audience, tout en jugeant les faits "déplorables" et "inexcusables".

Le rappeur multi-casquettes - chanteur, producteur et chef d'entreprise -, âgé de 41 ans, s'est également dit prêt à prendre en charge l'équivalent de 50% des dégâts causés à l'aéroport, où plusieurs vols ont été retardés et des rayons d'une boutique de produits hors taxe endommagés.

C'est sous son patronage que la carrière de Kaaris a pris son envol, en particulier grâce au succès du morceau à deux voix "Kalash", en 2012, avant le "clash" des années suivantes.

Booba est un adepte de ces batailles d'egos rituelles, qui l'ont opposé ces dernières années à d'autres rappeurs en vue, comme Rohff ou La Fouine.

(Simon Carraud, édité par Julie Carriat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com