»
»
»
Consultation

Les pertes dues aux catastrophes à un creux de 13 ans, selon Munich Re

Les pertes dues aux catastrophes à un creux de 13 ans, selon Munich Re
Crédit photo © Reuters

MUNICH/BERLIN (Reuters) - Les pertes dues aux tempêtes, inondations et tremblements de terre dans le monde ont été pratiquement réduites de moitié sur les six premiers mois de 2018, à 33 milliards de dollars (28 milliards d'euros), le chiffre le plus bas en 13 ans, a annoncé mercredi le réassureur allemand Munich Re.

Les assureurs ont versé 17 milliards de dollars pour les sinistres liés aux catastrophes naturelles, contre 25,5 milliards un an plus tôt, un chiffre globalement conforme à la moyenne des 30 dernières années qui est de 17,5 milliards de dollars, a précisé le réassureur allemand.

"Après une période de catastrophes extrêmes avec des pertes record, il est bon de pouvoir enregistrer une phase avec de faibles pertes", a déclaré Torsten Jeworrek, membre du directoire de Munich Re.

Le réassureur a toutefois noté que les pertes les plus élevées surviennent généralement au second semestre. L'an dernier, une série d'ouragans a fait grimper la facture à 340 milliards de dollars.

Munich Re a enregistré 430 catastrophes naturelles au premier semestre, contre 380 un an plus tôt et une moyenne de long terme de 250. Quelque 3.000 personnes ont perdu la vie dans des catastrophes naturelles, contre 5.540 au cours de la même période de 2017.

La catastrophe la plus onéreuse a été la tempête Friederike qui a balayé la Grande-Bretagne, le nord de la France, le Benelux et l'Allemagne à la mi-janvier, entraînant des pertes globales de 2,7 milliards de dollars dont 2,1 milliards couverts par des assurances.

Les orages et les inondations en mai et début juin dans certaines régions d'Europe centrale ont entraîné des pertes globales de 1,6 milliard d'euros, dont 900 millions assurés.

Munich Re n'a pas publié d'estimations pour ses propres dépenses. Le groupe allemand publiera ses résultats du deuxième trimestre le 8 août.

(Alexander Hübner et Caroline Copley; Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com