Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Les pêcheurs britanniques reprochent à Johnson d'avoir capitulé

Les pêcheurs britanniques reprochent à Johnson d'avoir capitulé
Crédit photo © Reuters

LONDRES (Reuters) - Les pêcheurs britanniques reprochent au Premier ministre Boris Johnson d'avoir vendu au rabais les ressources halieutiques à l'Union européenne dans le cadre d'un accord post-Brexit qui octroie aux bateaux européens un accès important aux eaux britanniques, une critique formulée aussi par certains politiciens.

Le Royaume-Uni va quitter de manière effective le bloc communautaire et les politiques communes de celui-ci le 31 décembre à 23h00 GMT.

Mais l'accord commercial post-Brexit conclu la veille de Noël prévoit que les normes actuelles sur la pêche resteront pour la plupart en vigueur pendant cinq ans et demi.

Une fois cette période achevée, des consultations seront menées annuellement pour ajuster les niveaux et conditions d'accès de l'UE aux eaux britanniques.

Boris Johnson a déclaré jeudi, dans la foulée de l'annonce d'un accord avec Bruxelles, que les deux camps s'étaient entendus sur une période de transition "raisonnable" pour l'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques.

La Fédération nationale des organisations de pêcheurs a déclaré samedi que l'industrie de la pêche avait été sacrifiée par Boris Johnson. "Au bout du compte, le Premier ministre a pris la décision et a cédé sur la pêche, en dépit de la rhétorique et des garanties", a-t-elle dit dans un communiqué.

"Il va bien sûr y avoir un exercice de relations publiques de grande ampleur pour décrire l'accord comme une victoire fabuleuse, mais celui-ci sera inévitablement vu par l'industrie de la pêche comme une défaite", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement britannique a fait valoir que l'accord reflétait la nouvelle position du Royaume-Uni comme Etat côtier indépendant et souverain et que l'accord revoyait à la hausse la part des pêcheurs britanniques - équivalente à 25% de la valeur des prises européennes dans les eaux britanniques.

"Cela correspond à 146 millions de livres sterling pour la flotte britannique échelonnés sur plus de cinq ans", a dit le gouvernement. "Cela met fin à la dépendance de la flotte britannique au mécanisme inéquitable de 'stabilité relative' inscrit dans la politique de pêche commune (...)".

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a toutefois accusé Boris Johnson d'avoir "à nouveau vendu la pêche écossaise". "Des promesses qu'ils savaient ne pas pouvoir tenir ont été rompues", a-t-elle déclaré.

Si la pêche n'avait pas une grande importance économique dans les négociations entre Londres et Bruxelles - elle représentait à peine 0,003% de l'économie britannique en 2019 -, cette question était considérée par les partisans du Brexit comme un symbole d'une souveraineté retrouvée après la sortie de l'UE.

(Guy Faulconbridge; version française Jean Terzian)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !