Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Les multinationales à l'origine de presque un cinquième des émissions mondiales de CO2, selon une étude

Les multinationales à l'origine de presque un cinquième des émissions mondiales de CO2, selon une étude
Crédit photo © Reuters

par Thin Lei Win

ROME (Fondation Thomson Reuters) - Les chaînes d'approvisionnement mondiales des entreprises multinationales telles que BP, Coca-Cola et Walmart sont responsables de presque un cinquième des émissions de CO2 ayant une incidence sur le changement climatique, selon une nouvelle étude.

Ces compagnies externalisent beaucoup de ces émissions vers des régions plus pauvres, investissant ainsi dans la production dans des pays en développement, ont déclaré des chercheurs de l'University College London (UCL) et de l'Université de Tianjin, en Chine.

Dabo Guan, co-auteur de l'étude, a qualifie le travail de "première preuve quantitative" sur les flux d'investissement et d'empreinte carbone des entreprises multinationales.

"Les résultats sont assez choquants. Dans le cas de beaucoup de grandes entreprises, les émissions issues de leurs chaînes d'approvisionnement sont plus importantes que celles de beaucoup de pays," a-t-il dit à la Fondation Thomson Reuters.

Par exemple, le volume d'émissions de la chaîne d'approvisionnement de Coca-Cola équivaut presque à ce que la Chine émet dans le secteur de l'alimentation pour nourrir 1,3 milliard de personnes, a-t-il dit.

De même, les émissions des filiales étrangères de Walmart sont plus importantes que celles du secteur allemand de la grande distribution, pendant que les émissions mondiales de Samsung dépassent celles de l'ensemble des fabricants de l'Inde, de la Thaïlande et du Vietnam, selon l'étude.

Un porte-parole de Walmart, premier distributeur mondial, a déclaré que la compagnie s'est donné pour objectif de réduire d'un milliard de tonnes métriques (une gigatonne) les émissions issues de sa chaîne de valeur globale d'ici 2023 par le moyen d'une initiative appelée Project Gigaton.

Coca-Cola, BP et Samsung n'ont pas répondu aux demandes de commentaires de la Fondation Thomson Reuters.

Les investissements que les multinationales font dans les pays en développement "ont pour effet de réduire les émissions des pays développés en imposant une charge majeure sur des pays plus pauvres," a souligné dans un communiqué l'auteur principal de l'article, Zengkai Zhang, de l'Université de Tianjin.

L'étude, qui analysait des données de la période 2005-2016, a été publiée lundi dans la revue Nature Climate Change et montre que les investissements étrangers des entreprises multinationales étaient responsables de 18,7% des émissions mondiales de CO2 en 2016.

Il est vital que les multinationales européennes et américaines donnent l'exemple aux compagnies chinoises et indiennes qui ont commencé a investir de plus en plus en Afrique et en Asie du sud-est, a souligné Dabo Guan, professeur à l'UCL et à l'Université Tsinghua de Pékin.

(Thin Lei Win, version française Flora Gomez, édité par Jean-Michel Bélot; Thomson Reuters Foundation est la fondation caritative de Thomson Reuters dédiée à la couverture des sujets humanitaires et liés aux droits des femmes, à la lutte contre la corruption et au changement climatique. http://www.trust.org)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !