»
»
»
Consultation

Les investisseurs rattrapés par les doutes sur le commerce

Les investisseurs rattrapés par les doutes sur le commerce
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, l'appétit pour le risque ayant déjà repris le dessus avec les doutes sur l'efficacité de la trêve commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et les risques liés à l'aplatissement de la courbe des rendements américains.

À Paris, le CAC 40 a fini en repli de 0,82% à 5.012,66 points, effaçant les quatre cinquièmes de sa progression de la veille. Le Footsie britannique a cédé 0,56% et le Dax allemand 1,14%.

L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,80%, le FTSEurofirst 300 0,66% et le Stoxx 600 0,76%.

L'optimisme qui avait favorisé le rebond des actions lundi après l'accord conclu entre le président américain, Donald Trump, et son homologue chinois, Xi Jinping, pour suspendre trois mois le relèvement des droits de douane américains a donc fait long feu, de multiples commentaires soulignant que le problème du déséquilibre des échanges reste entier.

Tout en se félicitant de l'accord avec le président chinois, Donald Trump n'a pas exclu une prolongation de la trêve, suggérant que les discussions pourraient se prolonger bien au-delà du mois de mars et qu'il pouvait toujours mettre à exécution ses menaces de relèvement des droits de douane.

"Une trêve est préférable à une nouvelle escalade pour ce qui est de la confiance sur les marchés mais l'absence de solution continue de peser sur l'état d'esprit des investisseurs", résume David Madden, analyste de CMC Markets.

Autre facteur incitant à la prudence: le nouvel aplatissement de la courbe des rendements obligataires américains, qui ravive les craintes d'un ralentissement de la hausse des taux et celle d'une récession à venir aux Etats-Unis.

VALEURS

En Europe, les plus fortes baisses sectorielles ont touché les compartiments auxquels la progression marquée de lundi avait profité en premier lieu: l'indice Stoxx européen de l'automobile a perdu 2,52%, celui des hautes technologies 1,42%.

Le compartiment du transport, du tourisme et des loisirs a parallèlement cédé 1,97% après l'avertissement de la compagnie aérienne scandinave SAS sur la hausse des prix du kérosène. Le titre SAS a chuté de 12,05%, Air France-KLM de 5,99% et Lufthansa de 6,22%.

Elior (-8,68%) a subi la plus forte baisse du SBF 120 parisien après des prévisions de croissance jugées décevantes.

A la hausse, Carrefour, qui avait chuté de près de 6% lundi à cause de l'impact du mouvement des "Gilets jaunes" en France, a repris 2,14%, la meilleure performance du CAC.

Iliad, la maison mère de Free, a gagné 3,10% après la présentation de sa nouvelle box, censée enrayer la baisse de son portefeuille d'abonnés.

A WALL STREET

Dans le rouge dès l'ouverture, les grands indices américains creusaient leurs pertes au moment de la clôture en Europe, pénalisés par les valeurs industrielles et technologies, affectées par le regain d'inquiétude sur la montée des barrières douanières, et par les financières.

Le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 cédaient plus de 0,8%, le Nasdaq plus de 0,9%.

L'indice S&P des hautes technologies perdait alors 1% et celui des financières plus de 2%.

Les valeurs bancaires souffrent de l'aplatissement de la courbe des rendements, de mauvais augure pour la conjoncture et les marges de crédit.

Les marchés américains seront fermés mercredi en raison de la journée de deuil national en hommage à l'ex-président George H.W. Bush.

TAUX

Sur le marché des bons du Trésor américain, la tendance à l'inversion de la courbe des rendements se confirme: le rendement à deux ans est brièvement passé au-dessus du rendement à trois ans pour la première fois depuis 2008.

Les rendements à deux et trois ans se maintiennent pour la deuxième séance consécutive au-dessus du rendement à cinq ans et l'écart entre les rendements à deux et dix ans avoisine 12 points de base, au plus bas depuis plus de dix ans.

Les Treasuries à dix ans affichent un rendement de 2,94%, en baisse de cinq points de base par rapport à lundi et au plus bas depuis septembre.

L'aplatissement de la courbe américaine influence le marché obligataire européen: le rendement du Bund allemand à dix ans a fini la journée sous 0,27%, au plus bas depuis la mi-juillet.

CHANGES

La baisse des rendements des Treasuries plombe le dollar, qui cède autour de 0,2% face à un panier de devises de référence.

Son repli n'a toutefois que brièvement profité à l'euro, qui revient à 1,1350 dollar après un pic à 1,1420 en début de journée. Le yen, lui, profite à plein de son statut de valeur refuge et prend plus de 0,6% face au billet vert.

Le billet vert ne trouve aucun soutien dans les déclarations des responsables de la Réserve fédérale, même si le dernier en date à s'être exprimé, John Williams, président de la Fed de New York, a dit s'attendre à la poursuite du relèvement graduel des taux d'intérêt en évoquant la "très bonne santé" de l'économie américaine.

PÉTROLE

En nette hausse en début de journée, les cours du baril ont progressivement effacé leurs gains, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) passant même en territoire négatif, le regain d'inquiétude lié aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine se propageant aux marchés de matières premières.

Le Brent, qui était monté à 63,58 dollars au plus haut du jour, est revenu sous 62 dollars et ne prend plus que 0,5% environ.

Les traders se font nerveux à l'avant-veille de la réunion ministérielle de l'Opep. Selon plusieurs sources, l'Opep et ses alliés négocient un accord qui se traduirait par une diminution d'au moins 1,3 million de barils par jour (bpj) de leur production globale mais la Russie n'entend pas accepter une réduction aussi importante.

(Édité par Véronique Tison)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com