Les incidents à répétition menacent "la survie du football français", dit Maracineanu

Les incidents à répétition menacent "la survie du football français", dit Maracineanu
Les incidents à répétition menacent 'la survie du football français', dit Maracineanu
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les incidents à répétition en championnat de Ligue 1 mettent en péril l'avenir du football français, a averti lundi la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu, au lendemain de l'arrêt de la rencontre Lyon-Marseille après quelques minutes de jeu, à la suite d'un jet de bouteille sur le Marseillais Dimitri Payet.

Réunie en urgence, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a décidé lundi d'imposer provisoirement un huis clos total au stade de l'Olympique Lyonnais, le Groupama Stadium, avant de prendre des décisions définitives le mois prochain.

La rencontre opposant l'OL au Stade de Reims pour le compte de la 16e journée de Ligue 1 le 1er décembre se jouera ainsi sans spectateurs et des mesures définitives seront prononcées par la LFP à l'issue de l'instruction qui sera rendue le 8 décembre, précise la Ligue dans un communiqué.

Le match entre l'OL et l'OM a été interrompu dimanche soir après le jet, en provenance des tribunes du Groupama Stadium, d'une bouteille d'eau en direction du milieu de terrain marseillais Dimitri Payet, qui a été touché à la tête et s'est effondré au sol alors qu'il s'apprêtait à tirer un corner.

D'abord suspendue, la rencontre a finalement été arrêtée au bout de deux heures environ par l'arbitre Ruddy Buquet.

Dans l'intervalle, le speaker du stade lyonnais avait annoncé la reprise du match et la LFP avait publié un communiqué déplorant cette décision, qu'elle imputait au préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rhône.

Mais la préfecture a démenti cette version, assurant que la décision de reprendre, puis d'arrêter finalement le match, avait été prise par le seul arbitre.

La saison de Ligue 1 a été déjà marquée par plusieurs autres épisodes de violence de la part de supporters. En août, la LFP a infligé deux points de pénalité à Nice, dont un avec sursis, après un match contre l'OM qui n'a pas pu aller à son terme. Des supporters avaient envahi le terrain et Dimitri Payet avait renvoyé vers la tribune des supporters niçois une bouteille reçue alors qu'il allait tirer un corner.

"Les dirigeants du football français doivent arrêter de se cacher derrière leur petit doigt", a déclaré lundi matin sur France Info la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu.

Son cabinet a précisé à Reuters que les ministères du Sport et de l'Intérieur se réuniraient à ce sujet mardi.

"Chacun doit comprendre qu'aujourd'hui c'est la survie du football français qui est en jeu, son modèle économique," a-t-elle ajouté.

"On ne peut pas se permettre aussi qu'un diffuseur qui a acheté des droits doive meubler (...) pendant une heure alors que le match, on ne sait pas s'il va s'arrêter, s'il va continuer", a-t-elle déclaré. "C'est un monde où il y a des millions d'euros qui sont en jeu."

"Nous avons aidé ce monde du football pendant la crise sanitaire pour permettre le retour dans les stades des supporters, on ne peut pas collectivement se permettre que ça se passe comme ça."

(Reportage Julien Prétot; version française Valentine Baldassari, édité par Blandine Hénault et Jean-Stéphane Brosse)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !