»
»
»
Consultation

Les gouvernants doivent davantage valoriser la qualité de l'emploi, dit l'OCDE

Les gouvernants doivent davantage valoriser la qualité de l'emploi, dit l'OCDE
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les pays qui affichent les meilleurs résultats en terme de croissance durable sont ceux qui valorisent la qualité des emplois et incluent le plus grand nombre dans le marché du travail, révèle une étude de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiée mardi.

Le Danemark, l'Islande, la Norvège ou la Suède, qui valorisent autant ces méthodes de gestion que la flexibilité du marché du travail, font mieux en terme de croissance durable que ceux qui ne valorisent que la flexibilité.

L'OCDE recommande donc aux instances publiques d'investir dans un système d'enseignement et de formation "efficace", qui dote les travailleurs des compétences requises.

Les formes atypiques d'emploi - emplois temporaires et travail indépendant - étant amenées à se développer, les responsables publics doivent veiller à ce que "chacun ait accès à la protection sociale et soit couvert par les principales réglementations du marché du travail", précise l'étude.

Il faut également renforcer l'égalité des chances et permettre aux travailleurs de concilier plus facilement obligations professionnelles, familiales et sociales, ce qui débouchera, selon l'OCDE, sur une hausse du taux d'activité et une réduction des inégalités entre les sexes.

Il est par ailleurs "indispensable" de susciter l'adhésion aux réformes pour qu'elles aboutissent, grâce à une "communication efficace" et à "des mesures visant à atténuer les effets défavorables à court terme", dit l'institution de Paris.

RÔLE "DÉTERMINANT"

Les partenaires sociaux ont un rôle "déterminant" à jouer précise notamment l'étude, pour favoriser l'inclusivité en protégeant les travailleurs et en mettant en place des systèmes efficaces de négociation collective.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dit noter "une cohérence de vue" entre l'analyse de l'OCDE et les réformes menées en France sur le Code du travail, la formation professionnelle, l'apprentissage et l'assurance chômage.

"La France a subi un chômage de masse très important (…) qui pèse très lourdement, socialement économiquement en France. Dans ce contexte-là, il n’y a pas d’autre choix que de faire des réformes structurelles qui permettent de changer cette situation", a-t-elle dit lors de la présentation de l'étude.

"L’actualité nous montre qu’il faut peut-être progresser dans la manière de faire", a-t-elle ajouté en référence à la crise des "Gilets jaunes".

La France se classe dans le tiers inférieur des pays de l'OCDE en ce qui concerne les trois indicateurs relatifs à la quantité d'emploi. Les taux de chômage (8,8% selon les normes du Bureau international du travail) et d'inactivité sont structurellement élevés, en raison de la forte proportion de travailleurs peu qualifiés, précise l'OCDE.

Elle se classe cependant au-dessus de la moyenne en termes de qualité de revenu d'activité.

Sur le plan de "l'inclusivité", elle enregistre des résultats en "demi-teinte", dit l'OCDE. Le taux de pauvreté est largement en deçà de la moyenne de l'OCDE. Néanmoins, les écarts de taux d'emploi de certains groupes défavorisés, comme les jeunes, les travailleurs âgés ou les immigrés, sont supérieurs.

(Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com