Les filiales allemandes de Gazprom ont trouvé des alternatives au gaz russe, selon un ministre

Les filiales allemandes de Gazprom ont trouvé des alternatives au gaz russe, selon un ministre
Les filiales allemandes de Gazprom ont trouvé des alternatives au gaz russe, selon un ministre
Crédit photo © Reuters

BERLIN/FRANCFORT (Reuters) - Les entreprises énergétiques allemandes frappées par les sanctions imposées par Moscou ont pu trouver des alternatives au gaz russe, a déclaré jeudi le ministre de l'économie Robert Habeck, ajoutant que le régulateur du réseau fournirait des détails à ce sujet.

La Russie a imposé des sanctions principalement aux filiales européennes de l'entreprise publique russe Gazprom, y compris Gazprom Germania.

"Certaines des filiales ne reçoivent plus de gaz de Russie mais le marché offre des alternatives", a déclaré Robert Habeck dans un discours au parlement allemand, sans donner plus de détails.

"Nous surveillons la situation. Nous nous sommes préparés pour cette situation. Le régulateur vous informera dans le courant de la journée", a-t-il précisé.

"Mais la situation est telle que le marché est capable de compenser le gaz russe. Ce conflit prouve que l'énergie est une arme."

Le mois dernier, le gouvernement allemand a placé Gazprom Germania sous le contrôle d'une agence fédérale, afin de garantir la sécurité énergétique.

Les filiales figurant sur la liste des sanctions de Moscou comprennent la plus grande installation de stockage de gaz d'Allemagne, située à Rehden, en Basse-Saxe, d'une capacité de 4 milliards de mètres cubes et exploitée par Astora, ainsi que Wingas, un négociant en gaz qui approvisionne l'industrie et de nombreux services publics locaux.

Wingas a déclaré poursuivre ses activités dans les circonstances actuelles, mais qu'elle serait exposée à une pénurie de gaz.

Les rivaux Uniper, VNG ou RWE pourraient être des sources potentielles d'approvisionnement du marché.

(Reportage Markus Wacket et Joseph Nasr, avec la contribution de Chris Steitz et Vera Eckert à Francfort, version française Lou Phily, édité par Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !