»
»
»
Consultation

Les cas de cancers en forte hausse chez les femmes

Les cas de cancers en forte hausse chez les femmes
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le nombre de cas de cancers chez la femme a subi en France, depuis 1990, une forte augmentation qui peut s'expliquer en partie par une hausse de la consommation de tabac, selon une étude publiée mardi par quatre organismes français spécialisés, dont l'Institut national du Cancer et Santé publique France.

Les auteurs de ce rapport notent en revanche une "situation plutôt encourageante" chez les hommes, qui ont vu la mortalité reculer dans plusieurs types de cancers, en particulier les plus fréquents - le cancer de la prostate et le cancer colorectal.

Globalement, le nombre de nouveaux cas de cancers, tous types confondus, s'est élevé en 2018 à 382.000 (204.600 chez l'homme et 177.400 chez la femme) en France métropolitaine et le nombre de décès à 157.400, avec là encore un chiffre plus élevé chez les hommes (89.600 contre 67.800 chez les femmes).

Le nombre de nouveaux cas de cancers masculins a augmenté de 65%, une augmentation a priori spectaculaire mais imputable essentiellement à l'accroissement de la population et à son vieillissement, relèvent les auteurs du rapport, réalisé conjointement avec le Réseau français des registres des cancers Francim et les hospices civils de Lyon.

"La part attribuable à l'accroissement du risque de cancer lui-même est de 6%" entre 1990 et 2018, écrivent-ils.

La situation est plus alarmante chez les femmes : la hausse brute du nombre de cas atteint 93%, dont "45% liés à l'accroissement du risque de cancer".

"ÉVOLUTION PRÉOCCUPANTE"

Les femmes ont par ailleurs vu la mortalité diminuer à un rythme plus lent, la part des décès imputable au cancer lui-même ayant reculé de 54% chez l'homme et de 25% chez la femme.

Les chercheurs décrivent en particulier une "évolution préoccupante" de l'incidence du cancer du poumon chez la femme. "Les écarts d'incidence entre les hommes et les femmes se sont considérablement réduits depuis 1990, en relation avec l'augmentation de la consommation de tabac chez ces dernières", avancent-ils dans leur conclusion.

Ils invoquent d'autres facteurs pour les cancers du sein, qui sont repartis à la hausse depuis 2010 après une stabilisation du nombre de nouveaux cas durant la décennie 2000.

"Certains facteurs hormonaux et reproductifs ainsi que la prévalence de l'obésité ont évolué de façon défavorable au fil des générations", remarquent les auteurs. "D'autres facteurs suspectés, comme le travail de nuit, les perturbateurs endocriniens ou certaines expositions professionnelles, pourraient aussi expliquer en partie la poursuite de l'augmentation de l'incidence."

Le cancer du sein demeure le plus fréquent chez les femmes, avec 58.459 cas estimés en 2018, devant le cancer colorectal (20.120 cas) et celui du poumon (15.132 cas). C'est aussi le plus meurtrier (12.146 décès). Chez les hommes, le cancer de la prostate vient en tête des cancers les plus répandus, avec 50.430 nouveaux cas estimés en 2015, et celui du poumon est celui qui fait le plus de victimes (22.761 décès en 2018).

Les chercheurs à l'origine du rapport concluent en plaidant pour un renforcement des "efforts de prévention" afin de "réduire le nombre de cancers aux causes évitables", comme le tabagisme, le papillomavirus et les expositions aux ultraviolets naturels ou artificiels pour le mélanome cutané. Ils jugent également nécessaire de renforcer les efforts "visant à améliorer le diagnostic et les traitements".

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com