»
»
»
Consultation

Les Bourses marquent le pas, prises de profit sur le dollar

Les Bourses marquent le pas, prises de profit sur le dollar
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont proches de l'équilibre mardi à mi-séance, interrompant le mouvement de hausse régulière entamé début avril, alors que l'euro regagne du terrain face au dollar, tandis qu'en Italie, les actions remontent un peu et les rendements refluent à la faveur des incertitudes sur la formation d'un gouvernement.

À Paris, le CAC 40 perd 0,09% à 5.632,49 points à 10h40 GMT tandis qu'à Francfort, le Dax gagne 0,09% et qu'à Londres, le FTSE 100 avance de 0,14%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,1% mais le FTSEurofirst 300 est inchangé, tout comme le Stoxx 600, qui a atteint en début de séance son plus haut niveau depuis le 1er février, portant à 7% sa progression depuis début avril.

Les contrats à terme sur les principaux indices américains préfigurent une ouverture en hausse de 0,2% à 0,3% après la progression marquée de lundi (+1,21% pour le Dow Jones) favorisée par les signes de détente des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. [.NFR]

Cette détente a aussi profité au dollar mais celui-ci subit désormais des prises de bénéfice après un pic de plus de cinq mois: la devise américaine abandonne 0,32% face à un panier de devises de référence et l'euro remonte à 1,1814 dollar.

La monnaie unique bénéficie aussi du répit observé sur les actifs italiens: le rendement de la dette italienne à dix ans, qui a atteint 2,416% lundi contre à peine plus de 1,9% il y a dix jours, revient sous 2,32% et l'écart qui le sépare de celui du Bund allemand de même échéance se réduit à environ 175 points de base, contre près de 190 points lundi.

Les marchés attendent la décision du président Sergio Mattarella sur une possible nomination de Giuseppe Conte, un juriste de 54 ans quasiment inconnu du grand public, au poste clé de président du Conseil, ce qui permettrait la formation d'un gouvernement de coalition entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S). Le chef de l'Etat devait consulter ce mardi les présidents des deux chambres du Parlement.

La Bourse de Milan reprend 0,29% après une chute de près de 6% en dix séances.

L'AUTOMOBILE DOPÉE PAR LA BAISSE DES DROITS DE DOUANE EN CHINE

Le risque italien est toutefois loin d'être écarté aux yeux de beaucoup d'investisseurs: Credit Suisse a ainsi réaffirmé son conseil de sous-pondérer les actions italiennes, disant s'attendre à une poursuite du creusement des spreads de crédit, un mouvement généralement accompagné d'une sous-performance des actions de la péninsule.

La banque ajoute que "les marchés pourraient commencer à intégrer une augmentation du risque de dégradation de l'Italie sous la catégorie 'investment grade', un scénario dans lequel la BCE ne pourrait probablement plus acheter des obligations du Trésor italien".

A la hausse côté actions, l'indice Stoxx européen des télécoms prend 0,7%, tiré par les valeurs françaises en réaction aux déclarations au Monde du président de l'Arcep, le régulateur du secteur, se disant plus ouvert à une consolidation du marché.

Iliad (+6,06%), Bouygues (+3,64%) et Orange (+3,22%) figurent parmi les plus fortes hausses de l'indice SBF 120.

Altice, la maison mère de SFR, affiche pour sa part un bond de 20,64% mais celui-ci est lié avant tout à l'ajustement du cours avec la scission de la branche américaine du groupe.

Autre secteur en forme, l'automobile bénéficie de l'annonce par la Chine d'une baisse des taxes à l'importation sur les voitures et les pièces détachées, qui devrait profiter avant tout aux constructeurs haut de gamme.

L'indice Stoxx du secteur avance de 0,58%, BMW de 1,45%, Daimler de 0,79%. A Paris, Michelin prend 1,2%, l'une des meilleures performances du CAC.

A la baisse, l'opérateur britannique de satellites Inmarsat chute de 10,71%, la plus forte baisse du Stoxx 600, son monopole sur le système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM) étant menacé par l'autorisation obtenue par Iridium pour proposer une offre concurrente.

Toujours à Londres, Marks & Spencer cède 2,16% après l'annonce de la fermeture de 100 magasins au Royaume-Uni.

Le marché pétrolier est reparti de l'avant, soutenu à la fois par le repli du dollar et par le sentiment de montée des risques sur l'offre mondiale, les sanctions américaines visant le Venezuela après la réélection du président Nicolas Maduro étant venues s'ajouter aux craintes d'une diminution des exportations iraniennes.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a atteint 72,72 dollars, son plus haut niveau depuis novembre 2014 et le Brent remonte vers le seuil des 80 dollars.

(Édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com