»
»
»
Consultation

Les actions tiraillées entre répit italien et tensions commerciales

Les actions tiraillées entre répit italien et tensions commerciales

Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Francfort exceptée, les principales Bourses européennes évoluent en hausse en début de séance jeudi, amplifiant le rebond entamé la veille à la faveur d'une accalmie dans la crise politique italienne, mais les préoccupations liées aux tensions commerciales limitent leur progression.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,33% à 5.444,98 points vers 07h55 GMT et à Londres, le FTSE progresse de 0,25%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro prend 0,23%, le FTSEurofirst 300 0,13% et le Stoxx 600 0,1%.

À Francfort, le Dax abandonne 0,15%, pénalisé par les valeurs automobiles après les informations du magazine Wirtschaftswoche selon lesquelles Donald Trump veut exclure les voitures haut-de-gamme allemandes du marché américain.

Daimler cède 0,97%, BMW 0,71% et Volkswagen 0,97%.

A Paris, PSA cède 0,83%, Valeo -0,96%, soit la plus forte baisse du CAC, Michelin 0,8%.

L'indice Stoxx européen de l'automobile recule de 0,46%.

Sur un autre front, celui de l'acier et de l'aluminium, plusieurs sources ont confirmé à Reuters les informations du Wall Street Journal selon lesquelles Washington annoncera dans la journée la fin des exemptions de droits de douane accordées à l'Union européenne et qui expirent vendredi.

Deutsche Bank note de son côté que la Maison blanche a évoqué mercredi la date du 15 juin pour l'entrée de vigueur de nouveaux droits de douane sur 50 milliards de dollars de produits importés de Chine.

LES RENDEMENTS ITALIENS POURSUIVENT LEUR REFLUX

En Italie, l'heure reste à la détente même si la crise politique est loin d'être résolue: la Bourse de Milan avance de 0,82%, le rendement des emprunts d'Etat à dix ans recule de plus de 30 points de base à 2,727%, le deux ans de près de 100 points à 0,966% et l'écart de rendement (spread) à dix ans entre les titres italiens et allemands retombe à 230 points de base, contre un pic à plus de 300 points mercredi matin.

L'indice des banques italiennes avance quant à lui de 0,95%.

Carlo Cottarelli, l'ex-responsable du Fonds monétaire international (FMI) pressenti pour former un gouvernement "technique" avant de nouvelles élections, s'est mis momentanément en retrait tandis que le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et la Ligue pourraient finalement former un cabinet en renonçant à nommer l'économiste eurosceptique Paolo Savona ministre de l'Economie.

Parallèlement, deux enquêtes d'opinion publiées mercredi montrent qu'une large majorité des Italiens souhaitent rester dans l'euro.

Sur le marché des changes, la monnaie unique, en hausse de 0,45% face au dollar à 1,1714, poursuit sa remontée. Elle s'achemine toutefois vers une baisse d'environ 3% contre le billet vert sur l'ensemble du mois de mai, sa plus mauvaise performance mensuelle depuis novembre 2016, qui s'ajouterait à un repli de 1,98% en avril.

L'INDICE DES PRIX PCE AMÉRICAIN ÉGALEMENT À SURVEILLER

Les cambistes attendent à 09h00 GMT la première estimation de l'inflation dans la zone euro en mai; le consensus Reuters donne un chiffre de 1,6% en rythme annuel après 1,2% en avril.

En France, comme en Allemagne, l'inflation s'est accélérée en mai avec la hausse des prix du pétrole, pour atteindre 2,3% sur un an, son plus haut niveau depuis août 2012.

L'agenda économique américain du jour est lui aussi dominé par l'inflation puisque l'on attend à 12h30 GMT les chiffres mensuels des revenus et dépenses des ménages aux Etats-Unis, qui incluent l'indice des prix à la consommation PCE, le plus surveillé par la Réserve fédérale.

Cette dernière, dans son Livre beige publié mercredi, a évoqué une hausse "modérée" des prix ainsi qu'une accélération de l'activité dans l'industrie.

Le dollar cède encore 0,38% face à un panier de devises de référence, contre lequel il a déjà subi mercredi sa plus forte baisse (-0,72%) depuis le 24 janvier.

Le marché pétrolier est orienté à la baisse, victime de prises de bénéfice après sa forte hausse de la veille (+2,8% pour le Brent, +2,2% pour le brut léger américain), un repli favorisé par la hausse inattendue des stocks aux Etats-Unis.

(Édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com