Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Les actions réduisent leurs gains face à de nouvelles restrictions sanitaires

Les actions réduisent leurs gains face à de nouvelles restrictions sanitaires
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en hausse mais sous leurs plus hauts du jour lundi tandis que Wall Street creusait ses pertes, la perspective d'un durcissement du confinement dans plusieurs pays comme la Grande-Bretagne et l'Allemagne ayant fini par l'emporter sur la confiance des investisseurs dans la reprise économique annoncée pour 2021.

À Paris, le CAC 40 limite sa progression à 0,68% (37,55 points) en clôture à 5.588,96 points après avoir pris jusqu'à 1,89%. Et si, à Londres, le FTSE 100, tiré par les valeurs des métaux de base et les pharmaceutiques, a gagné 1,72%, à Francfort, le Dax n'a progressé que 0,06%.

L'indice EuroStoxx 50 a terminé sur un gain de 0,33%, le FTSEurofirst 300 de 0,79% et le Stoxx 600 de 0,67%. En milieu de matinée, ce dernier gagnait 1,69%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street, qui a inscrit des records dans les premiers échanges avant de passer dans le rouge, creusait nettement ses pertes: le Dow Jones cédait 1,73%, le Standard & Poor's 500 1,6% et le Nasdaq Composite 1,41%.

Confronté à l'accélération des cas de contamination par le coronavirus, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, pourrait annoncer dans la soirée que les écoles du pays resteront finalement fermées. Son homologue écossaise, Nicola Sturgeon, a décidé quant à elle un reconfinement général et, en Allemagne, le confinement en cours pourrait être prolongé jusqu'à la fin du mois au moins.

Ces nouvelles ont peu à peu sapé l'enthousiasme suscité sur les marchés par la montée en puissance des campagnes de vaccination, perçues comme l'une des clés de la reprise économique.

Sur les marchés américains, le regain de prudence est aussi lié à la situation politique à la veille de deux élections sénatoriales clés en Géorgie.

VALEURS

La plus forte hausse sectorielle du jour en Europe est pour le compartiment des matières premières, dont l'indice Stoxx a gagné 3,64%, les prix des métaux de base ayant profité de la baisse du dollar et des bons chiffres des indices PMI manufacturiers en Europe et en Chine.

Au contraire, les secteurs susceptibles de souffrir de nouvelles mesures de confinement ont reculé, à l'instar des bancaires (-0,79%) et de l'automobile (-0,68%).

PSA et Fiat Chrysler Automobiles ont toutefois pris respectivement 1,7% et 1,5% après le feu vert de leurs actionnaires à leur fusion, qui doit être bouclée pour le 16 janvier.

A Londres, Entain, maison mère de l'enseigne de paris Ladbrokes, a bondi de 25,28% après avoir reçu de l'américain MGM Resorts une offre de rachat de 11 milliards de dollars (8,95 milliards d'euros), qu'il juge insuffisante.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les préoccupations liées à l'épidémie ont éclipsé en partie les chiffres encourageants des enquêtes d'IHS Markit auprès des directeurs d'achats de l'industrie en Europe, qui confirment l'amélioration de l'activité dans le secteur, puisque celui de la zone euro, à 55,2, est au plus haut depuis mai 2018.

En Chine, l'indice PMI Caixin/Markit confirme la poursuite de la reprise, même s'il traduit une décélération de la croissance manufacturière.

CHANGES

Le dollar, pénalisé en début de séance par le regain général d'appétit pour les actifs plus risqués, a repris du terrain au fil des heures et n'abandonne plus que 0,14% face à un panier de devises de référence.

L'euro gagne encore plus de 1% à 1,2262 dollar après être monté à 1,2309.

La livre sterling, elle, creuse ses pertes face au billet vert (-0,80%) et à la monnaie unique (-1,20%) face à la perspective d'un reconfinement accentué au Royaume-Uni.

TAUX

Le regain de prudence observé sur tous les marchés durant la deuxième moitié de la séance européenne a favorisé le recul des rendements des emprunts d'Etat: celui du Bund allemand à dix ans perdait plus de deux points de base en fin de séance à -0,599% après être revenu à -0,615%.

Sur le marché américain, les ajustements de positions de début d'année se traduisent au contraire par une hausse des rendements, à 0,9198% pour les Treasuries à dix ans.

PÉTROLE

Orienté à la hausse pendant la première partie de la journée, le marché pétrolier n'a pas échappé au retournement de tendance qui a touché les actions: le Brent perd 1,27% à 51,14 dollars le baril après être monté à 53,33 dollars, son plus haut niveau depuis mars dernier et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 2% à 47,55 dollars contre un pic à 49,83.

Les investisseurs attendent l'issue de la réunion en cours entre les pays membres de l'Opep et leur alliés sur leur politique de production pour février. Si une majorité des pays impliqués sont favorables à un statu quo, la Russie, selon une source au sein du groupe, souhaite une augmentation des pompages.

(Marc Angrand)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !