»
»
»
Consultation

Les actions profitent à peine d'une fragile accalmie

Les actions profitent à peine d'une fragile accalmie
Crédit photo © Reuters

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes tentent difficilement de rebondir mardi à mi-séance alors que Wall Street est attendue en légère baisse après le net repli de la veille sur fond d'apaisement temporaire sur le front des tensions commerciales entre les Etats-Unis et le reste du monde.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,13% à 5.290,83 points vers 10h30 GMT.

À Francfort, le Dax abandonne 0,04% tandis qu'à Londres, le FTSE progresse de 0,29%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,11%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,15% et le Stoxx 600 grappille 0,04%.

Les futures new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de l'ordre de 0,2% à 0,3% pour les trois grands indices. Le S&P 500 a perdu lundi soir 1,37% tandis que le Nasdaq composite a reculé de 2,09%.

Le Trésor américain doit présenter vendredi ses recommandations en matière de restrictions aux investissements chinois et en attendant, l'administration Trump reste vague sur la portée et les cibles d'éventuelles nouvelles mesures, qui devraient notamment concerner les entreprises chinoises et le secteur des hautes technologies.

"Pour le moment, le renchérissement des droits de douanes aux Etats-Unis se compte en quelques petits dixièmes de point de PIB, c'est-à-dire dire en-deçà de la marge d'erreur autour de cette mesure", note Hervé Goulletquer, stratège et codirecteur de la gestion de LBPAM. "Mais si on prend en compte toutes les menaces proférées, on arrive à plus de quatre points de PIB. Ce n'est plus la même histoire du tout."

Signe que les tensions commerciales restent bien présentes, le cours du cuivre à Londres reste orienté à la baisse, tout près de son plus bas de trois mois.

En Europe, l'indice Stoxx des valeurs liées aux matières premières reprend néanmoins 0,10% après une chute de 3,75% lundi, la plus forte depuis deux ans.

Le rebond est également limité pour le compartiment automobile avec une hausse de 0,07% contre une baisse de 2,43% lundi. Le secteur des hautes technologies reprend 0,52% au lendemain d'un recul de 2,81%.

Dans le secteur des semi-conducteurs, très sensible au thème des tensions commerciales, STMicroelectronics (+1,35%) figure parmi les plus fortes hausses du CAC 40 et le néerlandais ASML gagne 1,99%.

ACTUALITÉ NOURRIE POUR LES M&A

Dans l'actualité des fusions-acquisitions, Engie, qui a déclaré ne pas avoir l'intention de faire une offre sur la filiale d'énergies renouvelables du portugais EDP, prend 1,27%.

De même, l'opérateur de satellites Eutelsat gagne 2,36% après avoir déclaré qu'il ne ferait pas d'offre sur le britannique Inmarsat (-10,12%).

La plus forte hausse du Stoxx 600 est pour Eurofins, qui gagne 6,18% après avoir relevé ses objectifs 2018-2020 à la suite du feu vert des autorités américaines au rachat de Covance Food Solutions.

Ingenico prend 5,80%. Selon Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, plusieurs fonds de capital-investissement s'intéressent au spécialiste des paiements, considéré comme l'une des cibles potentielles sur le marché européen des technologies financières.

Elior chute de 7,93%. A l'occasion d'une journée investisseurs, le spécialiste de la restauration collective a présenté ses objectifs financiers pour la période 2019-2021, sans pour autant convaincre les analystes.

Sur le marché des changes, le dollar progresse de 0,3% face à un panier de devises de référence, s'éloignant d'un plus bas de près de deux semaines. L'euro repasse sous 1,17 dollar.

Les rendements obligataires sont stables, autour de 0,32% pour le Bund allemand et 2,88% pour le 10 ans américain.

Le rendement à 10 ans des emprunts d'Etat italiens continue néanmoins à se tendre, à 2,946%, soit un plus haut de deux semaines, alors que la position ferme adoptée par le nouveau gouvernement italien, mené en partie par la formation d'extrême droite la Ligue, sur l'immigration à provoquer une crise au sein de l'Union européenne. Le sujet migratoire devrait être le principal enjeu du Conseil européen des 28 et 29 juin.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut se stabilisent en dépit des incertitudes sur l'évolution des exportations libyennes après le transfert par le maréchal Haftar du contrôle de deux des principaux ports de l'est du pays à une nouvelle compagnie..

(Édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com