»
»
»
Consultation

Les actions hésitantes, repli sur les défensives

Les actions hésitantes, repli sur les défensives
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sans tendance claire en début de séance vendredi mais la prudence devrait limiter les prises de risques en attendant les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis et une possible nouvelle offensive commerciale des Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 cède 0,11% à 5.249,35 points à 08h20 GMT et à Francfort, le Dax recule de 0,05%. Londres suit le mouvement avec un repli de 0,15% pour le FTSE 100.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,08%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,06% et le Stoxx 600 de 0,08%.

Le CAC 40 et le Stoxx accusent pour l'instant des replis de 2,75% et 2,27% respectivement depuis le début de la semaine, marquée de nouveau par les craintes liées à la politique protectionniste de l'administration américaine.

En Asie, le Nikkei a cédé 0,8%, un sixième recul consécutif - du jamais vu depuis janvier - qui l'a ramené à son plus bas niveau depuis le 21 août.

Les marchés boursiers chinois ont en revanche fini dans le vert, le SSE Composite de Shanghai gagnant 0,4%.

L'indice MSCI des marchés d'Asie-Pacifique hors Japon accuse un repli de 0,22%. Quant au MSCI des marchés émergents, il reprend 0,32%, grâce notamment au répit dont ont bénéficié jeudi les marchés argentins après l'évocation de progrès des discussions entre Buenos Aires et le Fonds monétaire international (FMI).

A Wall Street, la séance de jeudi s'est de nouveau terminée en ordre dispersé, le Dow Jones gagnant 0,08% tandis que le Standard & Poor's 500 cédait 0,37% et que le Nasdaq chutait de 0,91%, plombé entre autres par le secteur des semi-conducteurs après des avertissements de KLA-Tencor et Micron Technology. [.NFR]

L'indice Stoxx européen des hautes technologies figure d'ailleurs parmi les reculs sectoriels les plus marqués du jour, une baisse de 0,13%.

TRUMP A LE CHAMP LIBRE POUR DE NOUVEAUX TARIFS DOUANIERS VISANT LA CHINE

Les tensions commerciales restent toutefois le principal facteur dictant la prudence aux investisseurs. La période de consultation sur le projet d'extension des droits de douane américains sur 200 milliards de dollars (172 milliards d'euros) de produits importés de Chine étant officiellement close, le président américain, Donald Trump, a désormais le champ libre pour engager une nouvelle offensive contre Pékin.

A cette inconnue s'ajoutent les informations de CNBC selon lesquelles Donald Trump a déclaré à un chroniqueur du Wall Street Journal qu'il pourrait engager des discussions commerciales avec le Japon.

Ces risques profitent aux devises refuges que sont le yen et le franc suisse mais moins au dollar, qui abandonne 0,12% face à un panier de devises de référence.

L'euro gagne quant à lui 0,22% contre le billet vert à 1,1646.

Les indicateurs allemands du jour ont pourtant déçu, avec une baisse inattendue de la production industrielle d'une part et des exportations d'autre part, des reculs qui suggèrent que la montée des barrières commerciales commence à pénaliser la première économie d'Europe, très tournée vers l'export.

Mais le principal rendez-vous économique du jour sera, à 12h30 GMT, la publication du rapport mensuel du département du Travail aux Etats-Unis. Le consensus Reuters table sur un rebond des créations de postes à 191.000 en août après 145.000 en juillet, et sur une accélération de la hausse du salaire horaire moyen à 2,7% en rythme annuel.

KERING BRILLE, IAG CHUTE

"Le rapport sur l'emploi d'août devrait souligner une progression continue des revenus et un resserrement du marché du travail qui devraient maintenir la Fed sur la voie de deux relèvements supplémentaires des taux cette année", estime Matthew Luzzetti, économiste de Deutsche Bank, dans une note.

Sur le marché obligataire européen, le rendement du Bund à dix ans est en légère hausse à 0,362% tandis que la baisse des rendements italiens se poursuit: celui des BTP à dix ans reflue de six points de base à 2,84% et le deux ans confirme son retour sous le seuil symbolique de 1%.

La politique budgétaire du gouvernement italien devrait être évoquée lors de la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles.

Côté actions, le risque commercial incite au repli sur les secteurs défensifs, comme les télécommunications, dont l'indice Stoxx prend 0,78% ou l'alimentation (+0,16%).

Kering gagne 1,79%, la plus forte hausse du CAC, après son entrée dans la liste de valeurs recommandées "Conviction List" de Goldman Sachs, la banque américaine estimant injustifiée sa décote par rapport à ses grands rivaux.

La plus forte hausse du Stoxx 600 est pour Iliad, la maison mère de Free, qui prend 5,34% et efface la quasi totalité de ses pertes des quatre premières séances de la semaine.

Safran (+1,46%) profite quant à lui du relèvement de la recommandation de Deutsche Bank, qui passe à l'achat. [RECO/FR]

A la baisse, International Consolidated Airlines Group, la maison mère de British Airways et Iberia, cède 2,06% après l'annonce d'une enquête sur un vol présumé de données personnelles d'une partie des clients de la compagnie britannique.

Le marché pétrolier est en légère hausse, soutenu par l'annonce jeudi d'une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis, tombés à leur plus bas niveau depuis 2015, un facteur qui prend le pas sur les tensions commerciales et les signes de ralentissement économique.

(Édité par Patrick Vignal)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com