Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Les actions européennes marquent une pause

Les actions européennes marquent une pause
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes, pénalisées par le recul des valeurs défensives, marquent le pas en début de séance mardi après deux séances de forte hausse même si le regain d'appétit pour les actifs risqués continue de dominer les marchés mondiaux avec la multiplication des signaux positifs sur l'issue des négociations commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

À Paris, le CAC 40 abandonne 0,07% à 5820,08 points vers 08h50 GMT et à Francfort, le Dax cède 0,02% alors qu'à Londres, le FTSE 100 avance de 0,11%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,09%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,05% et le Stoxx 600 de 0,1%.

Ce dernier a pris 1,68% sur les deux séances précédentes et atteint lundi son plus haut niveau depuis janvier 2018 tandis que le CAC inscrivait un plus haut de près de 12 ans.

Après les déclarations des derniers jours confortant le scénario de la signature d'ici la fin du mois d'un accord commercial partiel par les présidents américain et chinois, Pékin presse Donald Trump de renoncer aux droits de douane mis en place en septembre dans le cadre de la "phase un" de l'accord commercial entre les deux pays, a-t-on appris de sources proches des négociations, confirmant des informations de Politico et du Financial Times.

Le texte pourrait inclure un engagement américain à renoncer aux nouveaux droits de douane censés entrer en vigueur le 15 décembre sur environ 156 milliards de dollars de produits chinois. Et la Chine espère que les Etats-Unis renonceront aux droits de 15% mis en place en septembre sur quelque 125 milliards d'importations en provenance de Chine.

Recevant son homologue français, Emmanuel Macron, à Shanghai, le président chinois, Xi Jinping, s'est engagé mardi à poursuivre l'ouverture du marché de la deuxième puissance économique mondiale et à réduire les droits de douane.

"Il n'y a pas de nuage majeur à l'horizon", estime Saxo Banque dans une note. "A moins d'un déraillement soudain des négociations commerciales, tout porte à croire que le CAC 40 pourrait prochainement attaquer le niveau des 5.900 points qui n'a plus été atteint depuis juillet 2007."

VALEURS

Le compartiment de l'énergie affiche la plus forte progression du jour avec un gain de 0,46% pour son indice Stoxx tandis que celui des matières premières prend 0,34%.

Le classement des plus fortes baisses sectorielles est dominé par les compartiments défensifs: l'indice des télécommunications abandonne 0,63%, celui des services aux collectivités ("utilities") 0,46%, celui de la santé 0,41%.

Lanterne rouge du Stoxx 600, le spécialiste des énergies renouvelables Siemens Gamesa chute de 13% après avoir abaissé ses prévisions 2020.

A la hausse, le groupe suisse de "travel retail" Dufry prend 6,41% après ses résultats sur neuf mois. A Paris, Teleperformance s'adjuge 3,63% après avoir relevé sa prévision de croissance 2019.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a terminé en hausse de 1,76%, au plus haut depuis le 10 octobre 2018.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai a fini sur une progression de 0,54%. Au-delà des nouvelles sur le commerce avec les Etats-Unis, les marchés chinois ont salué la décision de la Banque populaire de Chine de réduire de cinq points de base le taux de sa facilité de prêt à un an, sa première baisse depuis début 2016.

Cette décision intervient alors que l'indice PMI Caixin-Markit du secteur chinois des services est tombé à 51,1 en octobre, son niveau le plus faible depuis février, sous l'effet d'un ralentissement des nouvelles commandes.

A WALL STREET

Les trois principaux indices de la Bourse de New York ont inscrit de nouveaux records de clôture lundi, portés par l'espoir d'un règlement du conflit commercial sino-américain et une perception optimiste de la situation économique des Etats-Unis.

L'indice Dow Jones a gagné 114,75 points (+0,42%) à 27.462,11, le S&P-500, plus large, a pris 11,36 points, soit 0,37%, à 3.078,27 et le Nasdaq Composite a avancé de 46,8 points (0,56%) à 8.433,20 points.

Le flux de nouvelles sur le commerce a profité en premier lieu aux secteurs de la cote les plus sensibles aux tensions entre Washington et Pékin, comme les matières premières, l'automobile et la technologie ; l'indice S&P de l'énergie a en outre profité de la hausse des cours du pétrole.

TAUX

Le marché des emprunts d'Etat continue de souffrir du retour des investisseurs sur des classes d'actifs plus risquées, à commencer par les actions.

Le rendement du Bund allemand remonte ainsi à -0,316%, au plus haut depuis le 22 juillet et dans son sillage, son équivalent français, à -0,015%, se rapproche du seuil de zéro, sous lequel il évolue depuis le 16 juillet.

Sur le marché américain, les rendements de référence ont fini en hausse lundi, un mouvement favorisé par les importantes adjudications du Trésor prévues d'ici la fin de la semaine. En fin de séance, celui des Treasuries à dix ans prenait six points de base à 1,788%. Sa hausse se poursuit mardi en Asie, où il a repassé 1,8%.

CHANGES

Le dollar se stabilise face un panier de devises de référence après avoir bénéficié lundi des nouvelles encourageantes sur le commerce USA-Chine.

L'euro en profite pour remonter autour de 1,1135 dollar après être revenu sous 1,1115 en début de journée en Asie.

Le yuan, lui, reste orienté à la hausse face au billet vert malgré la baisse de taux annoncée par la Banque populaire de Chine. Il a atteint sur le marché "onshore" son plus haut niveau depuis le 5 août à 7,0074 pour un dollar

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont hésitants après la hausse soutenue des deux dernières séances, favorisée par les bons chiffres de l'emploi américains puis les bonnes nouvelles sur le commerce USA-Chine, qui ont apaisé en partie les craintes pour la demande.

Le Brent gagne 0,37 % à 62,36 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,21% à 56,66 dollars.

Le marché attend, après la clôture des marchés américains, les chiffres de l'American Petroleum Institute (API) sur les stocks aux Etats-Unis.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com