Les actions européennes devraient poursuivre leur hausse

Les actions européennes devraient poursuivre leur hausse
Les actions européennes devraient poursuivre leur hausse
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse mardi et devraient ainsi confirmer la tendance favorable aux actions de ce début d'année, les indicateurs économiques les plus récents suggérant que la propagation du variant Omicron du coronavirus ne freine qu'à la marge l'activité économique.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,44% pour le CAC 40 à Paris, de 0,24% pour le Dax à Francfort, de 0,99% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,24% pour l'EuroStoxx 50.

Le CAC 40 et l'indice européen Stoxx 600 ont commencé l'année par de nouveaux records lundi et Wall Street leur a emboîté le pas, signe que l'appétit pour le risque reste solide en dépit de la poursuite de la pandémie et de la perspective d'un resserrement des politiques monétaires de plusieurs grandes banques centrales dans les mois à venir.

Sur le front des indicateurs, en Chine, l'indice PMI manufacturier Caixin-Markit, en hausse à 50,9 pour décembre, traduit un rebond de l'activité malgré un repli des commandes à l'export.

La séance sera animée entre autres par l'indice ISM manufacturier américain (à 15h00 GMT) mais les investisseurs se préparent aux deux grands rendez-vous de la semaine que seront la publication du compte rendu de la réunion de décembre de la Réserve mercredi et surtout les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis vendredi.

En Allemagne, les ventes au détail affichent une hausse inattendue de 0,6% en novembre mais restent inférieures à leur niveau du même mois de 2020.

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse lundi sa première séance de 2022, avec à la clé de nouveaux records de clôture pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500, grâce entre autres à Apple et Tesla mais aussi aux valeurs bancaires.

L'indice Dow Jones a gagné 0,68%, ou 246,76 points, à 36 585,06, le Standard & Poor's 500 a pris 30,38 points (+0,64%) à 4 796,56 et le Nasdaq Composite a avancé de 187,83 points (+1,20%) à 15.832,80.

Apple est devenue la première entreprise à atteindre la barre symbolique des 3.000 milliards de dollars (2.655 milliards d'euros) de capitalisation boursière mais a fini la séance sous ce seuil.

Tesla a bondi de 13,5% après des livraisons trimestrielles supérieures aux attentes.

Les banques ont par ailleurs profité de la hausse des rendements obligataires: Wells Fargo a par exemple pris 5,7%.

Les contrats à terme sur les principaux indices suggèrent pour l'instant une poursuite de la hausse.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, qui était restée fermée lundi, l'indice Nikkei a gagné 1,77% pour finir au plus haut depuis six semaines, grâce à la hausse des valeurs technologiques et à la baisse du yen.

En Chine, les technologiques ont au contraire pesé sur la tendance et le SSE Composite de Shanghai accuse en clôture un repli de 0,2% tandis que le CSI 300 perd 0,46%.

Le régulateur chinois du cyberespace a en effet annoncé de nouvelles règles contraignant les grandes entreprises du numériques à subir une analyse de cybersécurité avant toute introduction en Bourse à l'étranger.

Le promoteur immobilier en difficulté Evergrande gagne en revanche 2,52% à Hong Kong après sa reprise de cotation.

CHANGES/TAUX

Le dollar a atteint dans les échanges en Asie son plus haut niveau depuis près de cinq ans face au yen à 115,81 et l'euro a effacé ses gains initiaux pour revenir à 1,1287, le billet vert profitant de la remontée des rendements des bons du Trésor sur fond d'anticipations de hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale.

Le rendement américain à dix ans a en effet bondi de plus de 12 points de base sur la seule journée de lundi pour atteindre 1,642% en séance, son plus haut niveau depuis le 24 novembre.

"Le marché est en train d'intégrer un scénario plus offensif en matière de hausse des taux américain, ou au moins le risque d'un tel scénario, pour 2022 et cela constitue le principal soutien au dollar", explique Shinichiro Kadota, stratège devises de Barclays à Tokyo.

Sur le marché obligataire européen, le rendement du Bund à dix ans, à -0,13%, conserve dans les premiers échanges l'essentiel de ses gains de lundi.

PÉTROLE

Les cours du brut cèdent un peu de terrain dans l'attente de la réunion de l'Opep+, qui devrait confirmer l'augmentation de sa production programmée pour février en l'absence d'impact marqué du variant Omicron sur la demande mondiale.

Le Brent abandonne 0,2% à 78,82 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,22% à 75,91 dollars.

L'un et l'autre ont pris plus de 1% lundi.

(Avec Kevin Buckland à Tokyo, édité par Matthieu Protard et Blandine Hénault)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !