Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Les actions en hausse, la Chine rassure avant l'emploi US

Les actions en hausse, la Chine rassure avant l'emploi US
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes entament le mois de novembre sur une note positive vendredi après un indicateur rassurant sur l'économie chinoise, qui prend le pas sur les doutes concernant le commerce mondial, en attendant les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,29% à 5746,56 points vers 08h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,36% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,27%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,36%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,24% et le Stoxx 600 de 0,37%.

Les actions saluent entre autres le chiffre meilleur qu'attendu de l'indice PMI Caixin-Markit sur l'activité du secteur manufacturier chinois: à 51,7 pour octobre, il dépasse les attentes (le consensus Reuters le donnait à 51,4) et atteint son plus haut niveau depuis février 2017, grâce entre autres à un rebond des commandes à l'export.

"La demande intérieure et la demande étrangère se sont toutes les deux nettement améliorées", souligne Zhengsheng Zhong, directeur de l'analyse macroéconomique de CEBM Group.

Cette bonne surprise tempère en partie la déception suscitée jeudi par les informations selon lesquelles les autorités de Pékin doutent de la possibilité d'un accord commercial à long terme avec les Etats-Unis.

Vendredi, le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la Chine et les Etats-Unis maintenaient des contacts étroits en vue d'une possible rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping.

La séance pourrait être plus calme qu'à l'habitude en Europe, la journée étant fériée dans plusieurs pays. Aux Etats-Unis, elle sera animée principalement par les chiffres mensuels du marché du travail, susceptibles de montrer un ralentissement marqué en raison du long conflit social chez General Motors.

Le consensus table sur 89.000 créations d'emplois après 136.000 en septembre et sur une remontée du taux de chômage à 3,6%.

Les investisseurs surveilleront aussi l'indice ISM manufacturier américain à 14h00 GMT.

VALEURS

Les secteurs exposés les plus sensibles aux développements du dossier des tensions commerciale figurent parmi les mieux orientés: l'indice Stoxx des matières premières progresse de 0,7%, celui des hautes technologies de 0,62%.

Les sidérurgistes profitent en outre des résultats meilleurs qu'attendu publiés jeudi soir par l'américain US Steel: ArcelorMittal s'adjuge 1,83%, l'une des plus fortes hausses du CAC 40, Thyssenkrupp 2,07% et Salzgitter 0,12%.

Le gestionnaire d'actifs Amundi prend par ailleurs 4,45%; plusieurs analystes ont relevé leur objectif de cours à la suite des résultats trimestriels publiés jeudi.

Le seul compartiment en baisse est celui des banques (-0,25%), qui souffre entre autres du net repli des rendements obligataires.

Suez Environnement cède 1,29% après la révision à la baisse de la recommandation de JPMorgan, à "neutre" contre "surpondérer".

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a fini en hausse de 0,33% à 22.850,77 points après avoir touché en séance son plus bas niveau depuis le 24 octobre, pénalisé par la remontée du yen face au dollar, qui handicape les exportateurs japonais.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai a au contraire fini sur une progression de 0,99% après le chiffre supérieur aux attentes de l'indice PMI manufacturier Caixin-Markit et les déclarations de Donald Trump jeudi assurant qu'il prévoyait de signer prochainement un accord commercial partiel avec Xi Jinping, son homologue chinois.

A WALL STREET

La Bourse de New York a clôturé en baisse jeudi après les informations de l'agence Bloomberg selon lesquelles la Chine doute de la possibilité de conclure un accord à long terme avec les Etats-Unis.

Des déclarations de Donald Trump confirmant qu'il prévoit de signer prochainement un accord partiel avec son homologue chinois Xi Jinping n'ont pas suffi à rassurer les marchés, sur fond de prises de profit au lendemain d'un record de clôture du Standard & Poor's 500.

L'indice Dow Jones a cédé 140,46 points, soit 0,52%, à 27.046,23, le S&P-500 a perdu 9,20 points, soit 0,30%, à 3.037,57 et le Nasdaq Composite a reculé de 11,62 points (-0,14%) à 8.292,36.

Apple a en revanche contribué à limiter les pertes de Wall Street: le titre du groupe californien a gagné 2,26% après ses prévisions pour le quatrième trimestre, supérieures aux attentes.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans poursuit sa baisse à -0,414%, cédant un peu plus d'un point de base au lendemain d'un recul de plus de quatre points.

Ce vendredi marque d'une part la prise de fonctions de Christine Lagarde à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE), alors que celle-ci vient de reprendre ses achats de titres sur les marchés, au rythme annoncé de 20 milliards d'euros par mois.

Sur le marché américain, les rendements des bons du Trésor à deux et 10 ans ont enregistré jeudi leur plus forte baisse sur une séance depuis le 5 août, plombés par les interrogations sur le commerce USA-Chine et la baisse de taux décidée la veille par la Réserve fédérale.

Le dix ans a cédé jusqu'à plus de 11 points de base pour revenir à 1,681%, son plus bas niveau depuis le 11 octobre, et il peine à repasser la barre de 1,7% dans les échanges en Asie alors qu'il dépassait 1,85% avant les annonces de la Fed mercredi. Le deux ans a lui aussi reculé de plus de dix points à 1,524%.

CHANGES

Le dollar reste orienté à la baisse avant les chiffres de l'emploi américain et poursuit le repli entamé en réaction à l'annonce mercredi de la baisse de taux décidée par la Réserve fédérale américaine: en recul de 0,11%, l'indice qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de référence est revenu en Asie à son plus bas niveau depuis le 21 octobre.

L'euro s'échange autour de 1,1160 et le yen, à 107,97 pour un dollar, a atteint son plus haut niveau depuis trois semaines contre la devise américaine.

PÉTROLE

Les cours du pétrole varient peu mais s'acheminent vers une chute d'environ 4% sur l'ensemble de la semaine, conséquence des interrogations sur l'évolution de la demande mondiale et des signes d'augmentation de l'offre.

Le Brent est stable à 59,69 dollars le baril tandis que le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 0,33% à 54,36 dollars.

(Marc Angrand, avec Gabriel Crossley à Pékin, édité par Benoît Van Overstraeten)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com