Les actions en baisse et les taux en hausse après l'emploi US

Les actions en baisse et les taux en hausse après l'emploi US
Les actions en baisse et les taux en hausse après l'emploi US
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes, à l'exception de Londres, ont terminé en baisse vendredi après l'annonce d'un net ralentissement des créations d'emplois en septembre qui, selon les acteurs du marchés, ne devrait pas dissuader la Réserve fédérale d'entamer un resserrement de sa politique monétaire accommodante.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,61% à 6.559,99 points. Le Footsie britannique a gagné 0,25%, soutenu par les valeurs pétrolières, et le Dax allemand a cédé 0,29%.

L'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,61%, le FTSEurofirst 300 de 0,26% et le Stoxx 600 de 0,28%.

A l'heure de la clôture européenne, Wall Street évoluait autour de l'équilibre.

La croissance de l'emploi a ralenti le mois dernier aux Etats-Unis avec 194.000 emplois non-agricoles créés contre 366.000 (révisé) en août et 500.000 attendus selon le consensus Reuters.

Le nombre moins important que prévu des créations de postes pour un deuxième mois d'affilée ne devrait pas empêcher la Réserve fédérale d'annoncer un ralentissement de ses achats d'obligations plus tard dans l'année selon plusieurs analystes.

"Si les chiffres du jour sont en-dessous des attentes, ils ne sont pas à même de remettre en cause l'annonce du 'tapering' (baisse des rachats d’actifs) en novembre (une première hausse des taux d’intérêt en 2022 pourrait cependant être remise en question par plusieurs membres de la Fed)", a déclaré John Plassard chez Mirabaud.

"On peut cependant supposer que les membres du FOMC auraient été plus 'sereins' avec un rapport de l’emploi plus probant", a-t-il ajouté dans son analyse.

Après une semaine en yo-yo, le Stoxx 600 affiche un gain hebdomadaire de 1% et le CAC 40 de 0,65% grâce notamment à l'accord au Congrès sur un relèvement du plafond de la dette américaine.

VALEURS

Le compartiment des hautes technologies a cédé 1,44% sur fond de remontée des rendements obligataires. Au sein du CAC, STMicroelectronics a abandonné 2,29%, Dassault Systèmes 2,03% et Capgemini 1,65%.

L'indice Stoxx a gagné 1,53% avec la hausse des cours du pétrole: TotalEnergies, BP, Shell et TechnipFMC ont avancé de 1,53% à 5,58%.

Les valeurs britanniques liées au tourisme ont fini en hausse après que la Grande-Bretagne a décidé de lever la quarantaine soumise aux voyageurs en provenance de 47 destinations. IAG a gagné 1,64%.

Le distributeur Casino a perdu 3,76%, lanterne rouge du SBF 120, après l'annonce par sa filiale de commerce en ligne Cnova (-6,47%) de l'abandon de ses prévisions et du report de son augmentation de capital.

TAUX

Après s'être dans un premier temps orientés à la baisse après le rapport sur l'emploi américain, les rendements obligataires sont repartis en nette hausse, le marché estimant que la Réserve fédérale devrait entamer prochainement un 'tapering' malgré un nombre de créations de postes moins élevé qu'attendu.

Le rendement des bons du Trésor à dix ans gagne plus de quatre points de base à 1,6048%, au plus haut depuis quatre moins.

Le marché obligataire européen a suivi le mouvement, le dix ans allemand ayant inscrit un pic depuis le 22 juin à -0,146%.

Par ailleurs, les marchés monétaires de la zone euro jugent désormais à environ 60% la probabilité d'un relèvement de taux de dix points de base de la Banque centrale européenne (BCE) en décembre 2022.

Christine Lagarde, la présidente de l'institution, a dit ce vendredi que la BCE ne devait pas précipiter le resserrement de sa politique monétaire car cela pourrait menacer la reprise dans le bloc monétaire.

CHANGES

Du côté des changes, le dollar recule de 0,15% face à un panier de devises de référence.

L'euro en profite pour remonter à 1,1566 dollar.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont en hausse, le Brent gagnant 1,15% à 82,89 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,71% à 79,64 dollars après avoir franchi les 80 dollars pour la première fois depuis novembre 2014.

(Laetitia Volga, édité par Jean-Stéphane Brosse)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !