»
»
»
Consultation

Les actions à la peine, hausse du dollar et des rendements

Les actions à la peine, hausse du dollar et des rendements

Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont achevé en ordre dispersé mardi une séance animée par de nombreuses publications de résultats mais surtout par la hausse du dollar et des rendements obligataires américains, qui favorise le repli de Wall Street et un regain de volatilité.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,23% (12,48 points) à 5.553,16 points après avoir atteint, à 5.563,36, son plus haut niveau depuis le 23 janvier.

A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,16% mais à Francfort, le Dax a reculé de 0,06%.

L'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,04% alors que le FTSEurofirst 300 prenait 0,18% et le Stoxx 600 0,05%.

Milan a surperformé, gagnant 0,31% en profitant des difficultés apparentes des discussions entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S) anti-système et la Ligue d'extrême droite en vue de former un gouvernement.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait dans le rouge, le Dow Jones abandonnant 0,73% et le Nasdaq Composite 0,81%.

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans atteignait alors 3,0649%; il avait auparavant inscrit un pic à 3,069%, son plus haut niveau depuis juillet 2011, après avoir franchi le seuil de 3,051%, considéré comme un important soutien.

Sur le marché des changes, le dollar s'appréciait de 0,56% face à un panier de devises de référence après avoir pris jusqu'à 0,93% et inscrit un nouveau plus haut de l'année.

L'EURO A TOUCHÉ SON PLUS BAS DE L'ANNÉE

La hausse des rendements obligataires américains et du billet vert s'est amplifiée après la publication des chiffres mensuels des ventes au détail aux Etats-Unis et de l'indice d'activité manufacturière "Empire State".

Ce dernier est ressorti supérieur au consensus à 20,1; les ventes au détail, elles, ont augmenté de 0,3% seulement le mois dernier, deux fois moins qu'attendu, mais les chiffres de mars ont été réévalués.

"La révision à la hausse des ventes au détail du premier trimestre suggère une légère accélération de la croissance des dépenses de consommation à 1,2% en rythme annualisé au premier trimestre contre 1,1% dans la première estimation du PIB", note Oxford Economics.

"Plus important encore, ces statistiques montrent que la croissance de la consommation des ménages devrait rebondir à un niveau solide de 3,2% au deuxième trimestre."

La nouvelle poussée du dollar a fait tomber l'euro jusqu'à 1,1821 dollar en séance, son plus bas niveau depuis le 1er janvier; la monnaie unique est ensuite remontée à plus de 1,1860 dollar, ramenant à 0,51% sa baisse sur la séance.

Avant que les rendements des Treasuries et le dollar n'amplifient leur hausse, les marchés actions avaient accusé le coup d'indicateurs chinois décevants, sur les ventes au détail et surtout l'investissement, et de déclarations peu encourageantes sur les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Ces mouvements ont alimenté un net regain de volatilité: l'indice Vix mesurant celle du S&P 500, à 14,22, efface son repli des quatre dernières séances.

ILIAD EFFACE DEUX MILLIARDS D'EUROS DE CAPITALISATION

Aux valeurs en Europe, le recul le plus marqué est pour le secteur des télécoms, qui a cédé 2,04%, plombé entre autres par Orange (-3,20%), la plus forte baisse du CAC) et Bouygues (-1,08%), eux-mêmes entraînés par Iliad, la maison mère de Free, qui a chuté de 19,52%, une baisse sans précédent pour le titre, après des résultats trimestriels jugés très décevants.

Le groupe a ainsi effacé deux milliards d'euros de capitalisation boursière.

Vodafone a par ailleurs perdu 4,26% en réaction à l'annonce du départ de son directeur général, remplacé par son directeur financier.

Autre valeur lourdement sanctionnée: Eutelsat, qui a abandonné 12,84%, plusieurs analystes voyant dans les prévisions présentées lundi un avertissement déguisé. Dans son sillage, SES a reculé de 5,57%.

A la hausse, Crédit agricole (+1,16%) a profité des bonnes performances de ses activités de gestion d'actifs au premier trimestre, qui ont compensé les difficultés de LCL et de la banque de financement et d'investissement.

Worldline a gagné 1,7% et sa maison mère Atos 1,66%, la meilleure performance du CAC, après l'annonce du rachat du suisse Six Payment pour 2,3 milliards d'euros.

Air France-KLM a décroché de 4,1%, creusant ses pertes après la nomination d'une équipe dirigeante provisoire emmenée par Anne-Marie Couderc, qui devient présidente non-exécutive et sera assistée de trois dirigeants actuels.

(Édité par Juliette Rouillon)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com