Légère hausse en vue en Europe malgré les craintes inflationnistes

Légère hausse en vue en Europe malgré les craintes inflationnistes
Légère hausse en vue en Europe malgré les craintes inflationnistes
Crédit photo © Reuters

par Blandine Henault

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes devraient essayer de repartir de l'avant à l'ouverture mardi, après un début de semaine dans le rouge, marqué notamment par des craintes sur l'inflation.

Les contrats à terme signalent une hausse de 0,18% pour le CAC 40 parisien, de 0,16% pour le Dax à Francfort, de 0,29% pour le FTSE à Londres et de 0,16% pour l'EuroStoxx 50.

La tendance pourrait néanmoins s'avérer fragile alors que l'orientation positive des futures à Wall Street s'estompe et que la hausse des rendements obligataires et du pétrole se poursuit.

"Les investisseurs sont clairement inquiets de l'inflation en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et de la hausse des prix de l'énergie", observe Vasu Menon, directeur de la stratégie d'investissement chez OCBC Bank.

Par ailleurs, les investisseurs restent dans l'attente d'une annonce du géant chinois de la promotion immobilière Evergrande, dont le titre est toujours suspendu à la Bourse de Hong Kong.

En Europe, les opérateurs de marché seront aussi attentifs à la publication dans la matinée des indices PMI définitifs pour les services en septembre.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en net repli lundi face à la hausse des rendements obligataires, qui a tiré à la baisse les "Big Tech" et autres valeurs de croissance.

Les inquiétudes suscitées par les atermoiements politiques concernant le relèvement du plafond de la dette publique américaine ont également pesé sur la tendance.

Le président américain Joe Biden a dit lundi ne pouvoir garantir que les Etats-Unis ne dépasseront pas le plafond de la dette publique, actuellement fixé à 28.400 milliards de dollars (24.446 milliards d'euros environ), et a exhorté les républicains à se joindre aux démocrates pour autoriser son relèvement.

L'indice Dow Jones a cédé 0,94%, à 34.002,92 points. Le S&P-500 a perdu 1,30%, à 4.300,46 points et le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 2,14% à 14.255,49 points.

Aux valeurs, Facebook a chuté de 4,89% après une panne majeure qui a affecté le réseau social ainsi que ses applications Instagram et WhatsApp.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a chuté de 2,19%, pénalisée par les craintes inflationnistes et le plongeon du poids lourd Fast Retailing (-6,92%) après l'annonce d'un recul de 19,1% des ventes de son enseigne de prêt-à-porter Uniqlo en septembre.

En Chine, les Bourses continentales restent fermées mais le Hang Seng à Hong Kong recule légèrement (-0,03%), tiraillé entre la progression des valeurs de l'énergie et les craintes autour d'Evergrande.

TAUX/CHANGES

Les rendements obligataires américains sont orientés à la hausse, sur fond d'anticipations inflationnistes et de prudence concernant le relèvement du plafond de la dette aux Etats-Unis.

Le taux des Treasuries à dix ans gagne un point de base, à 1,4911%.

Son équivalent allemand est pour sa part quasiment inchangé dans les premiers échanges, à -0,216%.

La remontée des rendements et le climat de prudence continuent de favoriser le dollar qui gagne 0,25% face à un panier de devises de référence.

L'euro recule ainsi de 0,2% face au billet vert pour retomber sous le seuil de 1,16 dollar.

PÉTROLE

Les cours du brut poursuivent leur progression après avoir déjà gagné plus de 2% lundi à la suite de la décision de l'Opep+ de s'en tenir à l'accord actuel d'une hausse de la production de 400.000 barils par jour (bpj) à compter de novembre.

Le baril de Brent gagne 0,31% à 81,51 dollars, au plus haut depuis octobre 2018, et celui du baril de brut léger américain (WTI) avance de 0,21% à 77,78 dollars, à un pic depuis novembre 2014.

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !