Léger rebond en vue en Europe

Léger rebond en vue en Europe
Léger rebond en vue en Europe
Crédit photo © Reuters

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en légère hausse vendredi malgré la clôture dans le rouge de Wall Street la veille, mais la tendance devrait rester prudente en raison d'un resserrement monétaire quasi généralisé des grandes banques centrales dans le monde alors que les perspectives économiques se dégradent.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,35% pour le CAC 40 à Paris, de 0,22% pour le Dax à Francfort, de 0,39% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,2% pour l'EuroStoxx 50.

La remontée quasi synchronisée cette semaine des taux d'intérêt par plusieurs banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine, et les multiples avertissements sur les risques de récession renforcent les incertitudes, poussant les investisseurs à se réfugier vers le dollar et le marché obligataire au détriment des actions, expliquent les analystes.

"Un assouplissement quantitatif excessif au cours de la dernière décennie va déboucher sur un resserrement excessif et le marché n'a aucun moyen d'évaluer correctement l'impact sur les cours", estime David Bahnsen, directeur des investissements chez le gestionnaire de patrimoine The Bahnsen Group.

La publication ce vendredi des PMI mensuels sur l'activité manufacturière et celle des services pourraient cependant fournir aux investisseurs de nouveaux éléments sur l'évolution de la conjoncture économique.

Le consensus Reuters table sur une nouvelle contraction en zone euro de l'indice PMI composite, qui regroupe le secteur de l'industrie manufacturière et celui des services, à 49,0 en septembre après 49,6 le mois précédent.

En Grande-Bretagne, la nouvelle Première ministre Liz Truss doit par ailleurs annoncer ce vendredi un nouveau "un plan de croissance" qui devrait apporter un soutien budgétaire supplémentaire à l'économie.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en baisse jeudi, les valeurs technologiques et de croissance ayant souffert de la hausse des taux décidée mercredi par la Réserve fédérale américaine.

L'indice Dow Jones a cédé 0,35%, ou 107,1 points, à 30.076,68 points.

Le S&P-500, plus large, a perdu 31,94 points, soit 0,84%, à 3.757,99 points.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 153,39 points (-1,37%) à 11.066,81 points.

EN ASIE

Les marchés sont fermés à Tokyo.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai abandonne 0,58% et le CSI 300 cède 0,34%.

TAUX

Les rendements obligataires profitent des annonces cette semaine d'un relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Suède, en Suisse et en Norvège entre autres.

Le rendement du deux ans allemand, qui a touché jeudi en séance un plus haut de plus de 11 ans à 1,897%, avance vendredi d'un peu plus de un point de base à 1,863%. Celui à dix ans a franchi le cap des 2% pour la première fois depuis 2013, à 2,011%, en hausse de près de trois points.

Aux Etats-Unis, le rendement des Treasuries à dix ans, qui a gagné jeudi jusqu'à 20 points de base à 3,71%, prend encore près de deux points vendredi à 3,7265%. Il est tiré par le relèvement des anticipations de taux, la Fed ayant annoncé que ses taux pourraient culminer à 4,6% en 2023.

CHANGES

Sur le marché des changes, les cambistes continuent de digérer l'annonce jeudi d'une intervention du Japon pour soutenir le yen, une première depuis 1998.

Le yen, qui est monté avant cette intervention à près de 146 pour un dollar, se traite vendredi à 142,21, en hausse de 0,1% face au billet vert.

L'euro, en repli de 0,1% à 0,9826 dollar, est pénalisé par la crise énergétique en Europe et l'évolution de la guerre en Ukraine, des référendums sur un rattachement à la Russie ayant débuté ce vendredi dans les territoires ukrainiens occupés.

Le yuan chinois, tombé à 7,0964 pour un dollar, évolue proche d'un creux de plus de deux ans.

Le dollar, qui est à un sommet de 20 ans, est quasiment stable (-0,08%) face à un panier de devises de référence, grâce à son statut d'actif refuge et au rythme soutenu de la remontée des taux de la Fed.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont quasiment stables, mais la vigueur du dollar et les craintes sur la demande limitent les gains.

Le Brent grignote 0,04% à 90,42 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,04% à 83,46 dollars le baril.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse et Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !