Le Togo souhaite rejoindre le Commonwealth pour tisser des liens plus étroits avec le monde anglophone

Le Togo souhaite rejoindre le Commonwealth pour tisser des liens plus étroits avec le monde anglophone
Le Togo souhaite rejoindre le Commonwealth pour tisser des liens plus étroits avec le monde anglophone
Crédit photo © Reuters

par Alice Lawson

LOMÉ (Reuters) - La décision du Togo de rejoindre le Commonwealth l'aidera à développer des liens plus étroits avec les pays anglophones, lui ouvrant de nouveaux horizons en dehors de la sphère d'influence de la France en Afrique de l'Ouest, a déclaré le ministre togolais des Affaires étrangères.

La demande d'adhésion du Togo francophone devrait être approuvée par les dirigeants du Commonwealth, communauté de 54 nations composée principalement d'anciennes colonies britanniques, réunis en sommet au Rwanda vendredi et samedi, tout comme celle du Gabon, également ancienne colonie française.

La motivation du Togo est de développer son réseau diplomatique, politique et économique, ainsi que de tisser des liens plus étroits avec le monde anglophone, a déclaré à Reuters le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey.

Il a déclaré qu'il s'attendait à ce que l'adhésion au Commonwealth offre de nouveaux marchés d'exportation, des financements pour des projets de développement et des possibilités pour les citoyens togolais d'apprendre l'anglais et d'accéder à de nouvelles ressources éducatives et culturelles.

Le Togo est situé sur la côte ouest-africaine, avec une population d'environ huit millions d'habitants et une économie dépendant en grande partie de l'agriculture et de l'extraction de phosphate. 

Dirigé pendant 38 ans par Gnassingbé Eyadema puis maintenant par son fils, Faure Gnassingbé, le pays a longtemps entretenu des liens étroits avec Paris, mais cherche aujourd'hui à être moins dépendant de la France.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que les démarches du Togo et du Gabon pour rejoindre le Commonwealth étaient des décisions souveraines de ces pays et qu'il ne serait pas approprié de les commenter. 

(avec la participation d'Ayenat Mersie à Kigali et John Irish à Paris, rédigé par Estelle Shirbon; version française Valentine Baldassari, édité par Sophie Louet)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !