Le "syndrome de La Havane" aurait frappé aussi à Paris et Genève, les USA toujours sans réponse

Le "syndrome de La Havane" aurait frappé aussi à Paris et Genève, les USA toujours sans réponse

WASHINGTON, 13 janvier (Reuters) - Les Etats-Unis n'ont toujours pas trouvé la cause et l'origine du "syndrome de La Havane", cette mystérieuse maladie qui a affecté des personnels diplomatiques américains dans la capitale cubaine entre 2016 et 2018, a déclaré jeudi Anthony Blinken après la découverte d'autres cas, à Paris notamment.

Le Wall Street Journal a fait état jeudi d'affections de ce type dans les missions diplomatiques américaines à Paris et Genève.

Le "syndrome de La Havane" se caractérise par des maux de tête, perte d'équilibre, nausée, problèmes auditifs, troubles de la vision et de l'élocution.

Au total, quelque 200 personnes, personnels, responsables et leurs familles, ont présenté ces symptômes depuis 2016.

"A ce jour, nous ne savons pas exactement ce qui s'est passé, et nous ne savons pas exactement qui est responsable", a déclaré le chef de la diplomatie américaine sur MSNBC.

Antony Blinken a précisé que le sujet avait été évoqué avec les autorités russes, sans avancée pour l'instant.

Fin 2020, l'Académie des sciences de Washington avait conclu à l'hypothèse d'ondes basses fréquences hors du champ de l'audition à même d'affecter le comportement des personnels.

Le secrétaire d'Etat américain a précisé s'être entretenu de ce "mal" avec plusieurs des personnes affectées qui lui ont parlé d'épisodes traumatisants.

"Il ne fait aucun doute dans mon esprit que des personnes ont été directement et puissamment touchées", a-t-il dit.

"Nous travaillons sans relâche, au sein du gouvernement, pour tirer au clair ce qui s'est passé, savoir qui est responsable. Et dans le même nous assurer de la prise en charge de ceux qui ont été affectés et de protéger nos représentants du mieux que nous le pouvons", a-t-il ajouté. (Reportage Doina Chiacu et Simon Lewis; version française Sophie Louet, édité par Nicolas Delame)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !