»
»
»
Consultation

Le suspect N°1 de Lyon a admis avoir fait allégeance à Daech

Le suspect N°1 de Lyon a admis avoir fait allégeance à Daech
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - L'auteur présumé de l'attentat au colis piégé de vendredi à Lyon, qui a fait 13 blessés, a reconnu avoir fait allégeance à l'Etat islamique, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Mohamed M., étudiant algérien de 24 ans, est en garde à vue depuis lundi. Leur gardes à vue se poursuivaient jeudi après-midi, a annoncé le parquet de Paris.

Celle de ses parents et de son frère cadet, lycéen, a en revanche été levée dans l'après-midi en l'absence d'élément les incriminant à ce stade, a précisé le parquet, dont la section anti-terroriste s'était saisie de cette affaire dès vendredi.

Mohamed M., venu en France poursuivre ses études en informatique, n'avait pas obtenu le visa nécessaire et était en situation irrégulière. Mais il était jusqu'ici inconnu des services de police et de justice.

"Il a reconnu avoir fait allégeance à l'Etat islamique", a-t-on déclaré à Reuters de source judiciaire.

Selon une source proche de l'enquête, il a dit avoir confectionné au nom de Daech le colis piégé déposé vendredi en fin d'après-midi devant une boulangerie, non loin de la gare de Lyon-Perrache.

Il avait auparavant expliqué qu'il voulait faire monter le vote populiste et raciste avant les élections européennes de dimanche pour pousser les musulmans à la révolte, a ajouté cette source.

La liste du Rassemblement national (RN, ex-Front national) de Marine Le Pen est arrivée en tête de l'élection, devançant celle du parti de la majorité présidentielle, La République en marche (LaRem).

Mohamed M., son frère et leurs parents, tous arrêtés lundi, avaient été transférés mardi à Levallois-Perret, siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT), près de Paris.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'était dit certain, mardi, au vue des éléments recueillis dans le cadre de l'enquête, que la police tenait l'auteur de l'attentat de Lyon.

Les enquêteurs ont retrouvé des traces de son ADN sur des débris du colis piégé et, chez lui, des produits utilisables pour fabriquer un engin explosif artisanal.

Selon une source proche de l'enquête, l'explosif artisanal utilisé vendredi est du TATP, très instable et utilisé notamment lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis.

(Emmanuel Jarry, avec Service France)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com