Le suspect de l'attaque en Norvège est un Danois converti à l'islam

Le suspect de l'attaque en Norvège est un Danois converti à l'islam
Le suspect de l'attaque en Norvège est un Danois converti à l'islam
Crédit photo © Reuters

par Victoria Klesty

KONGSBERG, Norvège (Reuters) - L'auteur présumé de l'attaque qui a fait cinq morts mercredi en Norvège, à l'aide d'un arc, de flèches et d'autres armes, est un Danois de 37 ans converti à l'islam, a déclaré jeudi la police norvégienne.

Les cinq personnes tuées - quatre femmes et un homme - avaient entre 50 et 70 ans. Deux personnes ont aussi été blessées, dont un policier qui n'était pas en service au moment de cette attaque survenue dans la soirée à Kongsberg, localité de 28.000 habitants située à une soixantaine de kilomètres d'Oslo.

Le suspect, dont l'identité n'a pas été divulguée, est converti à l'islam et la police le suivait en raison de signes inquiétants de radicalisation, a déclaré au cours d'une conférence de presse le chef de la police régionale, Ole Bredrup Saeverud. Il vivait à Kongsberg.

Il est trop tôt pour déterminer si l'enquête doit se baser sur des chefs d'accusation de terrorisme, a ajouté le policier.

"Il y avait des inquiétudes en matière de radicalisation (...) Ces informations faisaient l'objet d'un suivi", a dit Ole Bredrup Saeverud sans plus de précisions.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière en Norvège depuis le massacre commis en 2011 par Anders Behring Breivik, militant d'extrême droite ayant tué 77 personnes, en grande majorité des jeunes militants du Parti travailliste rassemblés pour un camp d'été sur l'île d'Utoya.

La police a été alertée mercredi à 16h12 GMT au sujet de la présence d'un homme muni d'un arc et d'une flèche. Cet homme a été pour la première fois aperçu par une patrouille de police quelques minutes plus tard mais il est parvenu à s'enfuir.

Il a été arrêté après une traque d'environ 35 minutes et a tiré des flèches en direction des policiers avant d'être interpellé.

"Il est probable que tous les meurtres aient eu lieu après que la police l'eut repéré une première fois", a dit Ole Bredrup Saeverud.

LE SUSPECT COOPÈRE À L'ENQUÊTE

Le suspect est en détention et semble avoir agi seul. Il coopère avec la police et reconnaît son implication dans cette attaque, même s'il n'a pas plaidé officiellement coupable pour l'instant.

Sur l'un des lieux de l'attaque, on pouvait voir une flèche plantée dans un mur en bois.

Silje Limstrand se rendait dans un supermarché considéré comme l'un des sites attaqués quand la police lui a dit de rebrousser chemin. "C'est étrange, irréel. Kongsberg est une petite ville où on se sent en sécurité", a dit cette employée de crèche de 22 ans à Reuters. "Ça fait peur de se dire que j'étais là en même temps que le suspect."

Jonas Gahr Støre, qui doit prendre ses fonctions de Premier ministre ce jeudi après sa victoire électorale le mois dernier, a dit avoir été tenu informé de la situation par le gouvernement sortant.

Cité par l'agence NTB, le dirigeant travailliste a qualifié l'attaque d'"acte horrible et cruel".

Dans une lettre adressée au maire de la ville, le roi Harald s'est dit "horrifié par les événements tragiques survenus à Kongsberg". "Le reste de la nation est à vos côtés", a ajouté le souverain, âgé de 84 ans.

A la suite de l'attaque, la police norvégienne a donné l'ordre à ses agents à travers tout le pays de porter une arme à feu. Les policiers norvégiens ne sont généralement pas armés mais ont accès à des pistolets et fusils en cas de nécessité.

(Reportage Victoria Klesty avec Terje Solsvik, Gwladys Fouche et Nerijus Adomaitis; version française Jean Terzian, Camille Raynaud et Bertrand Boucey, édité par Jean-Stéphane Brosse)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !