Le régulateur allemand impose des règles plus strictes à Meta (Facebook)

Le régulateur allemand impose des règles plus strictes à Meta (Facebook)
Le régulateur allemand impose des règles plus strictes à Meta (Facebook)
Crédit photo © Reuters

BERLIN (Reuters) - Le gendarme allemand de la concurrence a déclaré mercredi que Meta Platforms, propriétaire de Facebook, était une entreprise "d'une importance capitale" sur les marchés, une classification donnant aux autorités une plus grande marge de manoeuvre face aux entreprises numériques.

En vertu d'une loi de 2021, l'Office fédéral de lutte contre les cartels peut interdire ce qu'il considère comme des infractions à la concurrence.

Meta, également propriétaire d'Instagram et Whatsapp, gère un "écosystème numérique" avec un grand nombre d'utilisateurs en Allemagne et qui continue de se développer, a déclaré l'Office dans un communiqué.

Il a ajouté que la nouvelle classification du groupe permettrait d'accélérer la résolution des procédures anti-trust en cours.

Un porte-parole de Meta a déclaré mercredi que l'entreprise américaine se conformerait à la décision de l'Office.

"Même si nous ne partageons pas le raisonnement qui a conduit à la décision de l'Office fédéral des cartels, nous continuerons à nous efforcer de donner à nos utilisateurs en Allemagne la meilleure expérience possible dans le respect de toutes les lois et réglementations", a déclaré à Reuters un porte-parole de la société.

En 2019, l'Office avait imposé à Meta des limites à la collecte des données personnelles, affirmant que le plus grand réseau social du monde avait profité de sa prédominance pour recueillir les données de ses utilisateurs sans leur consentement.

Meta, qui s'appelait alors Facebook, a fait appel de la décision. L'affaire est toujours en cours.

L'Office des cartels a également engagé une procédure pour abus contre Meta en 2020, en raison des liens entre son activité de réalité virtuelle, Oculus, et son réseau Facebook.

(Reportage Riham Alkousaa, Nadine Schimroszik et Rachel More; version française Valentine Baldassari; édité par Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !