»
»
»
Consultation

Le programme des réformes du premier semestre

Le programme des réformes du premier semestre
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Bousculé par la crise des "Gilets jaunes", le programme d'action du gouvernement pour le premier semestre 2019 arrêté mercredi comprend plusieurs réformes sensibles, dont celles de la fonction publique et de l'assurance chômage.

"C’est un premier semestre d’action publique qui sera intense, marqué par l’écoute, par l’action et par des échéances électorales à la fin du mois de mai" avec les élections européennes, a déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe, après un séminaire gouvernemental à l'Elysée.

La décision de lancer le grand débat national pour répondre à la colère des "Gilets jaunes" s'est accompagnée du report de l'examen de plusieurs projets, dont la réforme constitutionnelle, la loi d'orientation des mobilités et de mesures sur l'organisation territoriale.

Edouard Philippe a assuré que, sur ces sujets notamment, le gouvernement tiendrait compte des revendications exprimées lors du grand débat.

Outre la présentation des projets de loi sur la fonction publique - qui aura lieu selon lui au premier trimestre - et sur la santé, les prochains mois verront la suite de l'examen du projet de loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), qui commencera le 29 janvier au Sénat, de la réforme de la justice, et la mise en oeuvre des mesures annoncées contre les violences dans les manifestations.

Au programme également, des projets de loi sur "l’école de la confiance", le statut de la Polynésie, l'Alsace, une réforme de la distribution de la presse écrite et des dispositions relatives à l’énergie, a ajouté le chef du gouvernement.

Edouard Philippe a dit sa confiance dans les partenaires sociaux sur la délicate réforme de l'assurance chômage, dont le calendrier fixé par l'exécutif a été légèrement allongé par rapport à l'horizon initial de la fin janvier.

Les partenaires sociaux, dont les négociations avaient été interrompues en raison de la crise des "Gilets jaunes", ont été informés de la possibilité d'un report d'un mois, à condition que les discussions avancent dans les prochaines semaines.

Lors de ses voeux aux Français, Emmanuel Macron avait réaffirmé son intention de "changer en profondeur les règles de l'indemnisation du chômage afin d'inciter davantage à reprendre le travail".

Parallèlement à ces travaux, les concertations sur la réforme des retraites "vont durer car le sujet est très technique, très complexe et très politique aussi à certains égards", a dit Edouard Philippe, sans plus de précision.

Le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, qui devait remettre ses recommandations en janvier-février et a demandé un délai jusqu'à mars-avril, a envisagé une présentation du projet de loi aux parlementaires en juin ou en septembre.

(Jean-Baptiste Vey, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com