Le Pentagone critique les frappes turques dans le nord de la Syrie

Le Pentagone critique les frappes turques dans le nord de la Syrie
Le Pentagone critique les frappes turques dans le nord de la Syrie
Crédit photo © Reuters

WASHINGTON (Reuters) - Les frappes aériennes de la Turquie dans le nord de la Syrie menacent la sécurité des militaires américains déployés dans la région et l'escalade de la situation sur le terrain met en danger des années d'efforts dans la lutte contre les combattants du groupe Etat islamique (EI), a estimé mercredi le département américain de la Défense.

Ces commentaires représentent la condamnation la plus ferme à ce jour par les Etats-Unis des opérations aériennes menées depuis plusieurs jours par la Turquie contre des positions kurdes dans le Nord syrien.

"Les récentes frappes aériennes en Syrie ont directement menacé la sécurité des personnels américains qui travaillent en Syrie avec leurs partenaires locaux pour vaincre l'EI et assurer la détention de plus de dix mille détenus de l'EI", même si les Etats-Unis reconnaissent les "préoccupations sécuritaires légitimes" de la Turquie, membre de l'Otan, a déclaré le général Pat Ryder, porte-parole du Pentagone, dans un communiqué.

Les Etats-Unis ont environ 900 militaires déployés en Syrie, principalement dans le nord-est du pays, qui travaillent en collaboration avec les Forces démocratiques syriennes, composées majoritairement de combattants de la milice kurde YPG (Unités de protection du peuple), pour lutter contre les djihadistes de l'EI.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi que l'armée turque allait engager "dès que possible" une opération terrestre pour éliminer les forces kurdes "terroristes", alors que les accrochages se multiplient à la frontière turco-syrienne.

Ankara considère les YPG comme une branche du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), actif dans le nord-est de la Turquie et désigné comme groupe terroriste par les Etats-Unis et l'Union européenne.

(Reportage Phil Stewart, Idrees Ali, version française Jean-Stéphane Brosse)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !