»
»
»
Consultation

Le Pen promet de "battre Macron" sur le front européen et national

Le Pen promet de "battre Macron" sur le front européen et national
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les élections européennes seront un "grand basculement politique" contre un chef de l'Etat fragilisé par les Gilets jaunes et une Union européenne rattrapée par les nations, a présagé Marine Le Pen à l'occasion du lancement de sa liste pour le scrutin de mai prochain.

"Dans le contexte de la saine révolte populaire des Gilets jaunes, cette élection européenne du 26 mai 2019 (..) offre l'occasion de dénouer la crise politique née de l'aveuglement, de l'intransigeance, du mépris de classe, de la spoliation fiscale et de la déconnexion humaine d'un président", a déclaré la présidente du Rassemblement national (ex-Front national) à ses partisans.

Depuis la Maison de la Mutualité, à Paris, Marine Le Pen a présenté la liste du RN aux européennes, avec en tête le militant de 23 ans Jordan Bardella, suivi d'Hélène Laporte, conseillère régionale de Nouvelle Aquitaine, puis l'ex-ministre sarkozyste Thierry Mariani, l'eurodéputée sortante Dominique Bilde et l'essayiste Hervé Juvin ou encore l'eurodéputé Nicolas Bay à la septième place.

"A ce stade de rupture avec le peuple, si Emmanuel Macron n'a pas la sagesse de changer de politique, s'il n'a pas la sagesse de se tourner à nouveau vers le peuple par une dissolution (de l'Assemblée NDLR) pour en appeler au jugement démocratique, alors l'arbitrage politique devra venir des élections européennes", a déclaré Marine Le Pen.

"Alors pour les électeurs l'enjeu sera clair, il s'agira de battre Macron ! La seule force en mesure de battre Macron c'est notre liste", a-t-elle ajouté.

"Cette élection est une occasion de prendre Macron sur les deux fronts, en France et en Europe"."

"Le moment du grand basculement politique est venu", a-t-elle dit, promettant de mettre fin à l'Union européenne pour passer à l'"Alliance européenne des nations", de "reconquérir" les frontières et restaurer la souveraineté politique, sociale budgétaire de la France.

"C'est au peuple de décider de l'Europe qu'il souhaite, personne ne nous enlèvera ce droit", a-t-elle lancé.

"C'est à nous de décider qui rentre chez nous, qui y reste, et si nécessaire, qui est invité à repartir", a-t-elle lancé sous les applaudissements. "Avec nous l'Aquarius n'abordera pas sur les côtes européennes."

Jordan Bardella, salué par la présidente du RN comme un "militant chevronné" en dépit de sa jeunesse, a souligné pour sa part le nombre des alliés européens du RN et salué l'exemple italien et la politique migratoire menée par le ministre de l'Intérieur issu de la Ligue Matteo Salvini.

"Depuis un an j'ai rencontré nos alliés ou futurs alliés de toute l'Europe, italiens, espagnols, autrichiens, belges et j'ai vu partout cette même flamme, cette même envie, cette même espérance", a-t-il dit.

Selon un sondage de l'Ifop publié il y a un mois, le Rassemblement national fait la course en tête dans les intentions de vote en vue des européennes de mai 2019, avec 24%, soit six points de plus que l'alliance La République en marche-MoDem (18%).

(Julie Carriat, Lucien Libert et Geert De Clercq, édité par Nicolas Delame)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com