»
»
»
Consultation

Le patron de Daimler sur le gril après la mise en cause du Vito

Le patron de Daimler sur le gril après la mise en cause du Vito
Crédit photo © Reuters

par Edward Taylor

BERLIN, FRANCFORT (Reuters) - Le président du directoire de Daimler, Dieter Zetsche, a été convoqué lundi au ministère allemand des Transports pour s'expliquer sur un logiciel illicite découvert sur certains modèles diesel du groupe qui permet de contourner les tests d'émissions polluantes.

La réunion à huis clos visait notamment à établir le nombre de voitures et d'utilitaires Mercedes-Benz susceptibles de devoir subir une mise à jour logicielle pour désactiver un dispositif permettant de fausser les tests.

La KBA, autorité de tutelle du secteur automobile en Allemagne, a ordonné jeudi à Daimler de rappeler des fourgons Mercedes Vito 1,6 litre diesel Euro 6, qu'elle soupçonne d'être équipés de logiciels truqueurs.

Daimler a dit son intention de déposer un recours contre cette décision et d'aller en justice si nécessaire, tout en déclarant coopérer pleinement avec la KBA.

Le ministre des Transports Andreas Scheuer a qualifié la réunion de lundi d'"échange approfondi sur des questions techniques hautement complexes" et a ajouté avoir donné au constructeur jusqu'au 15 juin pour proposer une solution.

"Lors d'une nouvelle réunion dans 14 jours, des résultats concrets seront sur la table", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Interrogé par Reuters, Dieter Zetsche a pour sa part déclaré : "C'était une bonne discussion. On se reverra dans deux semaines."

Les grands constructeurs mondiaux sont sous surveillance depuis que Volkswagen a reconnu en septembre 2015 avoir délibérément truqué les moteurs de certains de ses modèles diesel.

Certains modèles de Mercedes-Benz, y compris le Vito, sont équipés de moteurs diesel fournis par Renault. Or le constructeur français fait lui-même l'objet d'une enquête de justice ouverte en janvier 2017 à la suite d'investigations de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Daimler avait précédemment affirmé que les investigations de la KBA portaient sur des véhicules Mercedes équipés du moteur OM622 de Renault, lequel est utilisé par environ un millier de Vito Tourer en Allemagne.

La réglementation européenne rend les constructeurs responsables de l'homologation de leurs modèles, même si les moteurs ou logiciels sont fournis par un autre fabricant.

L'enquête du parquet de Stuttgart vise Daimler et Robert Bosch, qui fournit des systèmes de gestion des moteurs.

Prié de dire s'il échangeait avec la justice française dans le cadre de son enquête, le parquet de Stuttgart s'est contenté de répondre qu'il était en contact avec des "autorités étrangères."

Renault s'est refusé à tout commentaire.

Daimler a précisé qu'aucun moteur Renault n'équipait de véhicules Mercedes-Benz vendus aux Etats-Unis, où la découverte de logiciels truqueurs est plus sévèrement sanctionnée qu'en Europe.

D'après le journal Bild am Sonntag, l'enquête des autorités allemandes concerne quelque 40.000 utilitaires légers Vito et 80.000 Mercedes Classe C, tous porteurs de logiciels leur permettant de dépasser les niveaux autorisés de pollution sans détection.

L'action Daimler cédait 1,31% à 64,22 euros à quelques minutes de la clôture à la Bourse de Francfort, elle-même en repli de 0,35%.

(Bertrand Boucey et Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com