»
»
»
Consultation

Le Maire précise ses pistes pour doper l'épargne retraite

Le Maire précise ses pistes pour doper l'épargne retraite

Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Bruno Le Maire a précisé jeudi les modalités de la future réforme de l'épargne retraite, destinée à transformer ce placement négligé en une "épargne de référence pour les Français" afin de faciliter le financement des entreprises en fonds propres.

Les mesures détaillées par le ministre de l'Economie et des Finances, parmi lesquelles figurent notamment une généralisation de la possibilité d'une sortie en capital et une harmonisation des modalités de retrait anticipé, ont vocation à figurer dans le projet de loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), qui doit être présenté à la fin du mois en conseil des ministres.

"C'est une vraie révolution que nous proposons", a déclaré Bruno Le Maire lors d'une conférence organisée par l'Association française d'épargne et de retraite (Afer).

"On va enfin sortir de ce système kafkaïen où sur chaque produit d'épargne retraite, il y a des règles différentes", a-t-il dit en annonçant une réforme articulée autour de deux mots d'ordre "simplicité et liberté".

"C'est parce que c'est simple et c'est parce que c'est libre que ça fonctionnera et que ça permettra de développer massivement l'épargne retraite dans les années à venir", a-t-il ajouté en rappelant que l'encours de l'épargne retraite ne représentait à l'heure actuelle que 200 milliards d'euros.

Un montant "dérisoire" par rapport aux près de 2.000 milliards d'euros concentrés dans l'épargne de précaution - autour de 1.600 milliards pour l'assurance vie, le reste relevant du Livret A et du LDDS (Livret de développement durable et solidaire).

ENCOURAGEMENT FISCAL ET LIBRE CHOIX DE SORTIE

Dans le détail, le ministre a confirmé une extension de la possibilité d'effectuer des transferts entre les différents produits existants (Perp, Perco, contrats Madelin...), qu'il avait déjà annoncée fin mars.

Il y aura "une portabilité totale" qui permettra de "garder un seul et unique produit d'épargne retraite tout au long de la carrière professionnelle, même en cas de changement de statut".

Il a également annoncé la mise en place d'une série de dispositions incitatives : déduction fiscale des versements effectués (dans la limite des plafonds existants), libre choix de sortie en capital ou en rente, possibilité de retrait pour le financement de l'achat de la résidence principale et dispositif de reversion.

Ces différentes mesures concerneront les nouveaux contrats conclus à partir de 2019, à l'exception de la déductibilité fiscale des versements spontanés, qui concernera également les contrats déjà conclus, a-t-on précisé dans l'entourage du ministre.

"Avec toutes ces incitations que nous mettons en place, (...) ça devrait nous permettre d'avoir enfin une épargne retraite qui décolle en France, qui permet de protéger les épargnants (...) et en même temps de mieux financer notre économie, nos PME et nos entreprise de taille intermédiaire", a déclaré Bruno Le Maire à la presse.

Il a précisé dans un entretien publié jeudi dans Le Parisien viser un objectif de 300 milliards d'euros d'encours pour l'épargne retraite d'ici la fin du quinquennat.

S'y ajouteront des dispositions destinées à "offrir de meilleures perspectives de rendement" aux épargnants, avec notamment une option de "gestion pilotée" déjà évoquée fin mars par le ministre, qui permet de sécuriser progressivement l'épargne à mesure que la date de départ en retraite approche".

Bruno Le Maire a également annoncé à l'Afer une série de mesures destinées à "éviter les frais excessifs", dont un plafonnement des frais facturés par les prestataires de produits d'épargne retraite.

Parallèlement à cet engagement en faveur de l'épargne retraite, il a rappelé l'attachement du gouvernement au système de retraite par répartition, qui restera "la clé de voûte" du système de retraite français et a vocation à être consolidé dans le cadre de la réforme attendue pour l'an prochain.

"Au-delà de la retraite par répartition, il y a des retraites complémentaires, et puis il y a la possibilité pour tous ceux qui le souhaitent, pour préparer les vieux jours dans les meilleures conditions possibles, de rajouter une épargne supplémentaire, (...) c'est simplement de la prévoyance", a-t-il dit à la presse.

(Myriam Rivet, édité par Yann Le Guernigou)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com