»
»
»
Consultation

Le Loto du patrimoine, fort d'un vif succès, sera pérennisé

Le Loto du patrimoine, fort d'un vif succès, sera pérennisé
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le Loto du patrimoine, qui s'avère "un grand succès" avec plus de 2,5 millions de tickets vendus à ce jour, devrait être pérennisé, a déclaré vendredi Stéphane Bern, chargé par Emmanuel Macron d'une mission sur le patrimoine en péril.

La PDG de La Française des Jeux, Stéphane Pallez, a précisé sur BFM TV que la vente depuis le 3 septembre des tickets de jeu à gratter "Mission patrimoine" à 15 euros pièce avait déjà rapporté 15 millions d'euros. "Nous espérons bien aller plus loin, vers les 20 millions d'euros".

"Nous avons vendu plus de 2,5 millions de tickets de grattage sur les 12 millions qui ont été commandés, nous sommes maintenant largement au-delà de 20% de tickets déjà vendus depuis une dizaine de jours ce qui se compare aux meilleurs lancements dans l'histoire de La Française des Jeux", a-t-elle souligné, saluant "un grand succès".

Stéphane Bern, l'inspirateur de ce loto inédit, estime "qu'avec ce succès il sera pérennisé."

"Je pense qu'il est prévu pour être pérenne. Le président a demandé à ce qu'il soit pérenne", a-t-il dit sur BFM TV.

"Il y a 90 millions de visiteurs, de touristes, qui viennent en France. On est le premier pays visité au monde. On va leur montrer quoi? Des ruines, si on ne sauve pas le patrimoine?", a lancé l'animateur.

"Arrêtons de considérer le patrimoine comme un coût, pensons que le patrimoine est un investissement. (...) c'est notre pétrole", a-t-il souligné.

Les 15 à 20 millions d'euros collectés grâce au jeu devraient permettre de subventionner la restauration de 270 sites français en péril, dont 18 sites "emblématiques" qui bénéficieront d'un financement plus important.

Stéphane Bern s'était alarmé début septembre des "attaques contre le patrimoine, y compris au sein du gouvernement" et avait menacé de renoncer à sa mission s'il n'était qu'"un cache-misère". [nL8N1VN0JI]

Une allusion, notamment, au projet de loi Elan (sur l'évolution du logement, de l'aménagement et du numérique-NDLR) qui ouvre la possibilité pour les collectivités territoriales de se passer de l'avis conforme des architectes des Bâtiments de France dans le secteur patrimonial.

"J'ai beaucoup d'espoir dans la commission (mixte) paritaire du 19 septembre, pour qu'on remette l'avis conforme des architectes des Bâtiments de France", a dit Stéphane Bern.

"Il faut peut-être leur demander d'être un peu plus souples, d'être moins rigides. (...) Respectons les architectes, pas seulement les architectes des Bâtiments de France."

"Le Marais n'existerait plus aujourd'hui à Paris si cette loi était passée. C'est dangereux", a-t-il estimé.

(Sophie Louet, édité par Yann Le Guernigou)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com