»
»
»
Consultation

Le gouvernement lance une consultation sur les retraites

Le gouvernement lance une consultation sur les retraites
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a lancé jeudi une "consultation publique" sur la future réforme des retraites, un chantier à haut risque programmé pour 2019.

Cette consultation, réalisée par internet et par le biais d'ateliers délocalisés en régions jusqu'au mois d'octobre, se déroule parallèlement aux concertations avec les partenaires sociaux menées depuis le mois de novembre par le haut-commissaire à la réforme, Jean-Paul Delevoye.

"En fin d'année, l'ensemble des contributions seront recueillies et je présenterai une synthèse aux décideurs politiques", déclare ce dernier dans une interview au Parisien.

Jean-Paul Delevoye présentera les grandes orientations de la réforme fin 2018 ou début 2019 et ouvrira dans la foulée une nouvelle phase de concertations avec les partenaires sociaux, peut-on lire sur le site dédié à la consultation publique.

Le projet définitif, initialement attendu à la mi-2018, doit ensuite être présenté en conseil des ministres puis au Parlement dans le courant de l'année 2019.

Le but est d'harmoniser les 42 régimes existants et d'instaurer un système par points sur le principe du "un euro cotisé ouvre les mêmes droits pour tous", selon le voeu formulé par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle.

"L'objectif est d'arriver à un schéma simple : qu'il s'agisse d'un fonctionnaire, d'un salarié du privé ou d'un indépendant, s'ils gagnent la même somme d'argent pendant 40 ans, l'un et l’autre auront la même retraite", résume Jean-Paul Delevoye dans le Parisien.

"Cette réforme se fera à enveloppe constante", ajoute-t-il, "mais il faudra clarifier et déterminer la nature du financement. Par exemple, si l’on estime que la majoration pour enfants est une politique de caractère familial, doit-elle être financée par la solidarité des salariés ou par la solidarité nationale via l’impôt ?"

L'âge de référence de 62 ans devrait par ailleurs être conservé même si le système par points doit laisser plus de souplesse aux salariés.

Le sujet est explosif en France, où les tentatives de réformes successives ont donné lieu à des mouvements sociaux d'ampleur, notamment en 1995 sous Alain Juppé, en 2003 avec François Fillon à la manoeuvre et en 2010 sous Nicolas Sarkozy.

(Simon Carraud, édité par Yann Le Guernigou)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com