»
»
»
Consultation

Le Gendre dénonce le "silence" des "extrêmes" face aux violences anti-députés

Le Gendre dénonce le "silence" des "extrêmes" face aux violences anti-députés
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, dénonce le "silence assourdissant" du Rassemblement national et de La France insoumise face aux violences subies par des députés de la majorité en marge du mouvement des "Gilets jaunes".

Dans une tribune publiée mercredi dans Le Monde, l'élu de Paris accuse les partis "extrêmes" de vouloir "récupérer le chaos" lié au mouvement de contestation qui dure depuis la mi-novembre.

Ces dernières semaines, une cinquantaine d'élus de la majorité a fait l'objet d'insultes et de menaces, parfois à caractère raciste, sur les réseaux sociaux ou via des lettres anonymes. Des permanences voire le domicile de plusieurs députés ont été vandalisés.

"De nombreux collègues des partis d’opposition républicaine ont manifesté, à titre individuel, leur soutien à nos élus victimes d’exactions. Nous les en remercions, même si une dénonciation officielle de leurs instances dirigeantes aurait eu valeur d’exemple", écrit Gilles Le Gendre.

"Mais le silence assourdissant sur les bancs du Rassemblement national et de La France insoumise trahit la concurrence que se livrent l’extrême droite et l’extrême gauche pour récupérer le chaos à leur profit, quand elles ne l’encouragent pas", ajoute-t-il.

Alors que le gouvernement organise à partir de la semaine prochaine un "Grand débat national" censé répondre aux doléances des manifestants, LR et LFI demandent la dissolution de l'Assemblée nationale.

Pour Gilles Le Gendre, ces partis "n'ont qu’une obsession : renverser un régime qu'ils abhorrent."

"Il n’est pas d’alternative à la République. Nous appelons tous les élus à la défendre, sans ambiguïté", ajoute-t-il à moins de cinq mois des élections européennes qui constitueront un premier test dans les urnes pour Emmanuel Macron, au pouvoir depuis le printemps 2017.

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com