»
»
»
Consultation

Le Drian lance un mouvement breton, le "Breizh lab"

Le Drian lance un mouvement breton, le "Breizh lab"
Crédit photo © Reuters

RENNES (Reuters) - Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lancera dimanche près de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) un nouveau mouvement politique baptisé "Breizh Lab" ou "Les progressistes bretons", a-t-on appris auprès d'élus bretons.

Ce mouvement, dont la date de création a été repoussée à deux reprises en raison des manifestations de "Gilets jaunes", se propose de rassembler "au-delà des appartenances politiques tous ceux qui se retrouvent dans mes valeurs, basées sur l'ouverture, l'humanisme, le développement de la Bretagne et la préservation de l'idée européenne", avait déclaré l'ancien président du Conseil régional de Bretagne en novembre dernier en annonçant son lancement.

Membre le plus populaire du gouvernement dans les sondages d'opinion, le chef de la diplomatie, qui est âgé de 71 ans, dément la rumeur selon laquelle il serait sur les rangs pour succéder à Edouard Philippe à Matignon.

"Je suis très heureux dans la mission que m'a confiée le président de la République, et je ne vois pas pourquoi il changerait Edouard Philippe, qui a fait preuve d'une loyauté et d'un sang-froid remarquables dans la crise", déclare-t-il dans l'édition du quotidien Le Monde datée de vendredi.

Pour le lancement du "Breizh Lab", dimanche matin à Ploufragan, plusieurs invités de marque sont attendus dont l'ancien ministre Michel Barnier, le négociateur du Brexit à Bruxelles, qui pourrait prendre la parole sur ce sujet.

Se défendant de vouloir créer une instance susceptible de présenter des candidats à des élections, Jean-Yves Le Drian a dit vouloir s'inspirer du Celib, le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons, qui avait fédéré dans les années 1960 en Bretagne des élus de tous bords, ainsi que des universitaires et des représentants du monde associatif.

Différents élus régionaux de La République en marche, mais aussi de la droite et du centre, se sont déclarés intéressés par l'initiative. Plusieurs représentants du Parti socialiste, dont Jean-Yves Le Drian a été membre pendant plus de 40 ans, ont en revanche décliné l'invitation.

(Pierre-Henri Allain, avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com