Le directeur général de JPMorgan regrette ses propos sur le Parti communiste chinois

Le directeur général de JPMorgan regrette ses propos sur le Parti communiste chinois
Le directeur général de JPMorgan regrette ses propos sur le Parti communiste chinois
Crédit photo © Reuters

par Scott Murdoch

(Reuters) - Le directeur général de JP Morgan Chase & Co, Jamie Dimon, a déclaré mercredi regretter ses propos selon lesquels la banque américaine serait encore debout quand le Parti communiste chinois aura disparu.

"Je regrette et je n'aurais pas dû faire ce commentaire. J'essayais de souligner la force et la longévité de notre entreprise", a déclaré Jamie Dimon dans un communiqué.

Lors d'une conférence mardi au Boston College, le directeur général de la grande banque américaine avait déclaré: "J'ai fait une blague l'autre jour en disant que le parti communiste fêtait son 100e anniversaire - tout comme JPMorgan aussi. Je parierais que nous durerons plus longtemps".

"Je ne peux pas dire cela en Chine. Ils sont probablement en train d'écouter de toute façon", avait-il ajouté.

Un porte-parole de JPMorgan a indiqué que Jamie Dimon avait reconnu qu'il ne devait "jamais parler à la légère ou de manière irrespectueuse d'un autre pays ou de ses dirigeants."

"Au cours de la discussion, Jamie a clairement indiqué que la Chine et son peuple étaient très intelligents et très réfléchis," a ajouté le porte-parole.

Ces regrets interviennent une semaine après que Jamie Dimon a été dispensé de quarantaine par le gouvernement de Hong Kong en vue d'une visite de la place financière de la région administrative contrôlée par la Chine.

JPMorgan, qui a d'importantes ambitions dans la deuxième puissance économique mondiale, a reçu en août une autorisation de Pékin pour devenir le premier propriétaire étranger à part entière d'une société de courtage de titres dans le pays.

(Reportage Scott Murdoch à Hong Kong et Anirban Sen à Bangalore; avec David Henry, version française Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !