»
»
»
Consultation

Le couturier français Yves Saint Laurent est mort

Le couturier français Yves Saint Laurent est mort

PARIS (Reuters) - Le couturier français Yves Saint Laurent, créateur du smoking pour
femmes, est décédé dimanche soir à Paris à l'âge de 71 ans.

L'homme désigné par ses initiales entrelacées "YSL" était l'une des grandes figures de la
mode au XXe siècle et l'un des créateurs français les plus connus dans le monde.

De la princesse Grace de Monaco à l'actrice Catherine Deneuve, ses créations ont habillé de
nombreuses célébrités mais il a également été le premier à sortir la mode d'un petit cercle de
privilégiés grâce à ses collections de prêt-à-porter.

Le couturier, qui avait fait sensation à l'âge de 20 ans avec sa ligne "Trapèze" en rupture
avec les codes de l'époque, a bâti avec Pierre Bergé, le compagnon de toute sa vie, un empire
qui a été côté en bourse en 1989, une première pour une maison de couture.

Le créateur, dont la santé était déclinante depuis plusieurs mois, a lutté toute sa vie contre
la dépression et la tentation des paradis artificiels.

Il avait fait ses adieux à la couture en 2002 après 40 ans de succès.

Pour Pierre Bergé, Yves Saint Laurent restera dans le Panthéon de la mode avec Gabrielle
Chanel. "L'un symbolisera la première partie du XXe siècle, c'est mademoiselle Chanel et
l'autre symbolisera la deuxième partie, Yves Saint Laurent", a déclaré l'homme d'affaires sur
France Info.

"(Gabrielle) Chanel a donné la liberté aux femmes. Yves Saint Laurent leur a donné le
pouvoir. Il a quitté le territoire esthétique pour pénétrer sur le territoire social", a ajouté
Pierre Berger, qui avait aidé Yves Saint Laurent à monter sa maison de couture en 1961.

Nicolas Sarkozy a salué celui qui fût "le premier à élever la haute couture au rang d'un art en
lui assurant un rayonnement planétaire".

"CRÉATEUR EXCEPTIONNEL"

"Yves Saint Laurent a imprimé sa marque sur un demi-siècle de création, dans le luxe comme
dans le prêt-à-porter, car il était convaincu que la beauté était un luxe nécessaire à tous les
hommes et à toutes les femmes", a ajouté le président français dans un communiqué diffusé
par l'Elysée.

Le Premier ministre François Fillon a salué pour sa part un "créateur exceptionnel, qui a
profondément marqué l'histoire de la haute couture", un "artiste de génie qui a tant contribué
au rayonnement de la France".

Né le 1er août 1936 à Oran, en Algérie, Yves Mathieu-Saint-Laurent a commencé sa carrière
chez Christian Dior avant de fonder, au début des années 1960, sa propre maison de couture
avec l'aide de Pierre Bergé.

Pendant des années, Yves Saint Laurent a régné sur la garde-robe des femmes qu'il a
contribué à émanciper par des créations audacieuses inspirées aussi bien du vestiaire masculin,
des couleurs de son enfance algérienne et de la palette des grands peintres.

Il a popularisé la saharienne, le tailleur-pantalon, le caban, la robe de mousseline
transparente et surtout sa pièce maîtresse, le smoking pour femmes.

"Il a renouvelé la garde-robe féminine complètement", a expliqué sur France Info la styliste
française spécialiste de la lingerie, Chantal Thomass, "avec ce qui restera sans doute le plus
marquant, le smoking pour femmes et puis une liberté, le pantalon, tout simplement, que dans
les années 60 les femmes ne pouvaient pas porter pour aller travailler".

TOUJOURS À L'AVANT-GARDE

Yves Saint Laurent avait le don pour capter la mode de la rue et en faire des créations
mêlant sophistication et simplicité.

Passionné de théâtre, d'opéra et de littérature, Yves Saint Laurent a dessiné des bijoux,
des décors et des costumes pour des pièces et des spectacles.

Toujours à l'avant-garde, il a créé des parfums, dont Opium, succès immédiat en 1977, et
lancé le prêt-à-porter de luxe en ouvrant un magasin, rive gauche, en 1966.

Pour Pierre Bergé, Yves Saint Laurent était "un provocateur". "Il était un vrai créateur. En
ce sens il était un libertaire, un anarchiste, il a jeté des bombes dans les jambes de la société.
C'est comme cela qu'il a transformé les femmes", a-t-il dit.

A partir de la fin des années 1980 toutefois, ses problèmes de santé ont pris le dessus.
Selon certains initiés, Yves Saint Laurent qui ne lisait jamais la presse et n'écoutait pas la radio,
s'est de plus en plus coupé de la réalité et éloigné d'une partie de ses amis.

La célébrité l'a détruit, a expliqué un jour Pierre Bergé, pour qui le couturier était un
"mégalomane malheureux".

"Comme tous les créateurs, il avait deux faces", a confié l'homme d'affaires dimanche. "La
face publique tout le monde la connaît, la face privée, les gens la connaissent moins. C'était
quelqu'un de très timide, d'introverti, qui en même temps, avait très peu d'amis, se cachait du
monde, voyait très peu de gens".

Elizabeth Pineau, Crispian Balmer et Gwénaelle Barzic


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com