»
»
»
Consultation

Le commerce et les émergents réduisent l'appétit pour le risque

Le commerce et les émergents réduisent l'appétit pour le risque
Crédit photo © Reuters

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent prudemment jeudi à l'ouverture dans un climat toujours défavorable aux actifs risqués avec la crainte d'une aggravation des tensions commerciales dans un contexte de plus en délicat pour les économies émergentes.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,08% à 5.264,38 points vers 08h00 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,16% et à Londres, le FTSE abandonne 0,12%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,05%, le FTSEurofirst 300 se replie de 0,07% et le Stoxx 600 perd 0,2%.

"Depuis les tout derniers jours d'août, un double phénomène semble apparaître sur les marchés", note Hervé Goulletquer, de LBPAM. "D'abord, la "bourrasque" qui frappe les marchés émergents deviendrait moins spécifique (la Turquie et l'Argentine) et s'élargirait (l'Indonésie et l'Afrique du Sud). Ce qui pousse à s'interroger sur le risque d'une généralisation. Ensuite, ce stress de marché s'étend aux pays développés. Même les indices actions américains sont contaminés."

Washington et Ottawa ont repris mercredi les pourparlers pour tenter de dégager un terrain d'entente sur la refonte de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena) après l'échec de la première phase de discussions.

Concernant la Chine, le président américain Donald Trump a dit mercredi n'être pas encore prêt à signer un accord commercial avec Pékin mais il a ajouté que les négociations se poursuivaient.

La période de consultations publiques sur le projet américain de taxer pour 200 milliards de dollars (171 milliards d'euros) de produits chinois importés aux Etats-Unis prend fin ce jeudi. Donald Trump pourrait alors décider de l'entrée en vigueur de ces nouveaux droits de douane, au risque de représailles chinoises.

"Une escalade du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis pourrait être imminente, le calendrier est quelque peu flou et cela justifie la prudence même si le dollar baisse", indiquent les analystes de JPMorgan.

SAFRAN RELÈVE SES PRÉVISIONS, LE TITRE GRIMPE

Dans ce contexte, l'indice Stoxx des ressources de base cède 0,84% tandis que l'une des rares hausses sectorielles est pour les services aux collectivités (+0,84%), compartiment traditionnellement défensif.

Contre la tendance, Safran prend 5,91%, la plus forte hausse du CAC 40 et du Stoxx 600, après avoir annoncé jeudi un net relèvement de ses prévisions de résultats annuels dans le sillage d'un premier semestre meilleur que prévu.

Les craintes concernant les tensions commerciales et les économies émergentes pèsent en Asie : la Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,41%, l'indice composite de la Bourse de Shanghaï a cédé 0,47% et l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) abandonne près de 1%.

L'indice MSCI des pays émergents (-0,37%) s'achemine vers sa septième séance consécutive de baisse, portant à près de 12% son repli depuis le début de l'année.

LE DOLLAR BAISSE UN PEU

Le billet vert, qui a fait office de valeur refuge ces derniers mois face aux tensions commerciales, recule légèrement jeudi face à un panier de devises de référence après avoir atteint un pic de deux semaines mardi.

Il a été pénalisé la veille par le rebond de la livre sterling sur fond d'optimisme quant à un éventuel accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit, ce qui a également poussé l'euro au-delà de 1,16 dollar.

Le sterling monte encore un peu jeudi face au dollar et à l'euro, la devise européenne étant par ailleurs peu changée face au billet vert.

"La livre sterling a progressé mais cette hausse ne devrait être que temporaire. L'euro a aussi progressé grâce au bond de la livre, mais la devise fait face à des vents contraires liés au problème budgétaire en Italie et à la crise économique en Turquie", estime Junichi Ishikawa, stratège sur le marché des changes chez IG Securities à Tokyo.

"Et avec les craintes commerciales, le dollar devrait profiter des flux sortants des fonds sur les marchés émergents".

LE NASDAQ LESTÉ PAR FACEBOOK ET TWITTER

A Wall Street, des craintes sur une réglementation plus restrictive pour les géants d'internet se sont ajoutées aux tensions commerciales en cours.

Le Nasdaq a ainsi perdu mercredi plus de 1% alors que les dirigeants de Twitter et Facebook ont témoigné devant le Sénat au sujet de leurs réponses aux tentatives d'influence étrangère lors de la présidentielle 2016. Les titres des deux groupes ont perdu respectivement 6,1% et 2,3%.

L'indice Dow Jones a grappillé 0,09% mais le S&P-500, plus large, a perdu 0,28%.

Les investisseurs seront attentifs à la publication, avant l'ouverture de Wall Street, du rapport du cabinet ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis - qui préfigure le rapport officiel attendu vendredi - et l'indice ISM des services pour le mois d'août.

Sur le marché obligataire, la détente se poursuit sur les rendements des emprunts d'Etat italiens, le taux des BTP à 10 ans reculant encore de quatre points de base à 2,9%.

Du côté du pétrole, les inquiétudes conjuguées sur les émergents et le commerce international pèsent sur les cours du brut. Le baril de Brent revient vers 77 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) évolue autour de 68,60 dollars.

(Édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com