»
»
»
Consultation

Le Canada laisse ses taux inchangés, signale des hausses à venir

Le Canada laisse ses taux inchangés, signale des hausses à venir
Crédit photo © Reuters

OTTAWA (Reuters) - La Banque du Canada a annoncé mercredi, comme prévu, le maintien de ses taux directeurs, tout en abandonnant son langage de prudence quant à l'évolution à venir des taux d'intérêt, ce qui ouvre la voie à une augmentation des coûts d'emprunt.

Tout en notant l'incertitude persistante concernant les politique commerciale et des tensions dans certaines économies émergentes, elle n'a pas renouvelé son engagement habituel à adopter une approche prudente en matière de politique monétaire.

"Dans l’ensemble, les faits nouveaux survenus depuis avril renforcent davantage le point de vue du conseil de direction selon lequel des taux d’intérêt plus élevés seront justifiés pour maintenir l’inflation près de la cible", a déclaré la banque centrale dans un communiqué. "Le Conseil adoptera une approche graduelle pour apporter des ajustements à la politique monétaire, et sera guidé par les nouvelles données."

Dans le communiqué de la banque ne figure plus la phrase habituelle évoquant "la nécessité d'un certain degré de détente monétaire afin que l’économie continue de tourner près de son potentiel et que l’inflation demeure à la cible."

La Banque du Canada a maintenu son taux cible du financement à un jour à 1,75%, son taux officiel d'escompte à 1,50% et son taux de rémunération des dépôts à 1%, après avoir relevé ses taux directeurs trois fois depuis le mois de juillet 2017, la dernière hausse de taux ayant eu lieu en janvier.

Mais depuis lors, elle a maintenu le statu quo dans l'incertitude sur la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) et les inquiétudes sur un renchérissement du crédit pour les ménages canadiens lourdement endettés.

L'inflation est proche de l'objectif de 2% et sera "probablement un peu plus élevée à court terme que prévu en avril, en raison surtout des hausses des prix de l’essence", a-t-elle dit, ajoutant que les données économiques canadiennes recueillies depuis le mois d'avril vont dans le sens de sa prévision de croissance d'environ 2% au premier semestre 2018.

(Andrea Hopkins et Leah Schnurr, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com