Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Le calendrier des enchères 5G en France bousculé par le coronavirus

Le calendrier des enchères 5G en France bousculé par le coronavirus
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - L'Arcep pourrait revoir le calendrier de l'attribution des enchères mobiles 5G face à la propagation de l'épidémie de coronavirus, a fait savoir mardi le régulateur des télécoms, tout en précisant qu'un report n'avait pas été décidé à ce stade.

Le régulateur avait dans un premier temps déclaré que la procédure, initialement prévue mi-avril, serait retardée.

"L’Arcep ne sera pas en mesure de maintenir les enchères prévues à la mi-avril (pour des raisons opérationnelles liées à la mise en place du confinement)", avait indiqué une porte-parole à Reuters. "L’Autorité doit étudier différents scenarii de reports et se tenir prête à organiser les enchères quand nous en saurons plus."

Le président de l'Arcep Sébastien Soriano a cependant précisé par la suite que la décision n'avait pas encore été prise sur le calendrier.

"Calendrier #5G : aucun report n’est acté pour le moment", a expliqué Sébastien Soriano sur Twitter."Le Collège de l’@Arcep va étudier l’impact du #COVID?19 avec les opérateurs, en lien avec le gouvernement".

"Si un nouveau calendrier devait être défini, cela sera indiqué en temps utile", a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt dans la journée, l'opérateur télécoms Free (Iliad) avait dit s'attendre à un report face à la propagation de l'épidémie.

"Nous avons intégré le probable report de l'appel d'offres", a déclaré Thomas Reynaud à des journalistes en réponse à une question sur le calendrier du processus d'attribution.

La 5G est déjà disponible dans plusieurs pays européens, dont l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Allemagne et l’Italie, faisant de la France l’un des derniers grands pays du continent à adopter cette nouvelle technologie.

Selon la Fédération française des télécommunications, la 5G permettra de télécharger des données 10 fois plus rapidement que la 4G et sera également beaucoup plus fiable.

L'attribution des fréquences doit permettre à l'Etat d'engranger au minimum 2,17 milliards d'euros, le prix plancher fixé pour les enchères.

(Mathieu Rosemain et Gwénaëlle Barzic, édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !