»
»
»
Consultation

La Serbie présente ses excuses pour le massacre de Srebrenica

La Serbie présente ses excuses pour le massacre de Srebrenica
Crédit photo © Reuters

par Adam Tanner

BELGRADE (Reuters) - Le parlement de Belgrade a adopté une résolution qui présente des excuses publiques pour le massacre de 8.000 musulmans bosniaques à Srebrenica en 1995, un épisode de la guerre civile qui divise toujours la population serbe.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre des efforts de Belgrade pour se rapprocher de l'Union européenne et exorciser les souvenirs de la guerre civile des années 1990, après l'éclatement de la Yougoslavie.

Adopté dans la nuit de mardi à mercredi après treize heures d'un débat retransmis à la télévision, le texte exprime sa sympathie pour les victimes et déplore que les autorités serbes n'aient pas agi suffisamment pour prévenir le massacre commis par les forces serbes de Bosnie et les milices paramilitaires.

Le document, adopté par 127 des 149 députés présents, ne qualifie cependant pas les événements de "génocide".

"Avec cette déclaration, le peuple de Serbie montre qu'il veut prendre ses distances par rapport à ce crime monstrueux", a dit le président serbe Boris Tadic lors d'une conférence de presse. Pour lui, ce vote est un acte de patriotisme et de réconciliation.

Quelques mois avant la fin de la guerre en Bosnie, en juillet 1995, les forces bosno-serbes commandées par le général Ratko Mladic ont exécuté environ 8.000 hommes et garçons musulmans de la ville de Srebrenica qu'elles assiégeaient.

SATISFACTION DE L'UE

Un observateur occidental a estimé que l'adoption de la résolution par les députés serbes n'avait pas grande signification tant que Mladic n'aura pas été arrêté.

"On pourrait même y voir quelque chose d'offensant, d'insultant. Mais associée à une mesure judiciaire, ce serait significatif", a-t-il déclaré. "S'ils pensent pouvoir laisser courir Mladic pendant encore une quinzaine d'années, il s'agit d'une grave injustice."

Belgrade doit arrêter et livrer Mladic au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye.

Aux yeux de certains parlementaires serbes, la résolution est injuste soit parce qu'elle ignore les crimes de guerre commis contre les Serbes, soit parce qu'elle ne qualifie pas les événements de "génocide".

"Nous souhaitions une résolution complètement différente mais apparemment, ce n'est pas possible", a déclaré Cedomir Jovanovic du Parti libéral démocrate. "Notre société n'a pas la force nécessaire", a-t-il ajouté.

L'Union européenne a accueilli avec satisfaction le vote du parlement de Belgrade.

"C'est un pas important pour le pays, qui fait face à son passé récent, un processus qui est difficile mais nécessaire à la société serbe", ont déclaré dans un communiqué commun Catherine Ashton, haute représentante de l'UE pour la politique étrangère, et Stefan Fule, commissaire à l'Elargissement.

"Ce n'est pas seulement important pour la Serbie, c'est aussi la clé de la réconciliation dans toute la région."

Jean-Stéphane Brosse, Marine Pennetier et Guy Kerivel pour le service français


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com