La Russie met en garde la Lituanie face à l'arrêt du transit vers Kaliningrad

La Russie met en garde la Lituanie face à l'arrêt du transit vers Kaliningrad
La Russie met en garde la Lituanie face à l'arrêt du transit vers Kaliningrad
Crédit photo © Reuters

LONDRES (Reuters) - Le secrétaire du Conseil de sécurité russe a averti mardi la Lituanie que la Russie pourrait répliquer après que le pays, membre de l'Union européenne, a mis en place des restrictions pour certaines marchandises transitant vers l'enclave de Kaliningrad.

À la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, la Lituanie a interdit le transit de marchandises approuvées par l'Union européenne sur son territoire à destination et en provenance de Kaliningrad, invoquant les sanctions de l'UE.

Nikolaï Patrouchev, ancien agent du KGB et actuel secrétaire du Conseil de sécurité russe, a déclaré que les actions "hostiles" de la Lituanie montraient que la Russie ne pouvait pas faire confiance à l'Occident.

"La Russie répondra certainement à de telles actions hostiles", a-t-il indiqué, cité par l'agence de presse RIA.

"Des mesures adéquates sont en cours d'élaboration à un niveau interministériel et seront prises dans un avenir proche", aurait-il déclaré. "Leurs conséquences auront un impact négatif important sur la population de la Lituanie".

Kaliningrad, anciennement Königsberg, capitale de la Prusse orientale, a été prise à l'Allemagne nazie par l'Armée rouge en avril 1945 et cédée à l'Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale. Elle est enclavée entre la Pologne au sud et la Lituanie au nord et à l'est.

Selon la Lituanie, l'interdiction du transit de marchandises sur son territoire n'est que la mise en œuvre des mesures européennes en réponse à l'invasion russe de l'Ukraine.

Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur de l'Union européenne à Moscou, Markus Ederer, pour évoquer la situation, que le Kremlin a qualifiée lundi de "sérieuse".

"La Lituanie ne prend pas de mesures unilatérales - elle applique les sanctions de l'UE", a déclaré Markus Ederer, cité par RIA.

(Rédigé par Guy Faulconbridge; version française Dagmarah Mackos, édité par Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !