Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

La prudence persiste en Europe malgré de bons indicateurs chinois

La prudence persiste en Europe malgré de bons indicateurs chinois
Crédit photo © Reuters

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent prudemment mardi en début de séance, les hésitations l'emportant sur des indicateurs chinois encourageants et des nouvelles rassurantes sur le développement d'un vaccin contre le COVID-19.

À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,12% à 5.045,64 points vers 08h05 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,2% tandis qu'à Londres, le FTSE progresse de 0,24%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,07%, le FTSEurofirst 300 grappille 0,1% et le Stoxx 600 prend 0,12%.

"Beaucoup d'investisseurs craignent que la chute des bourses ne soit pas encore terminée tant les risques sont nombreux en cette rentrée : élection présidentielle américaine, potentiel trou d'air au niveau de la croissance, Brexit, etc.", écrivent les analystes de Saxo Banque.

A cela s'ajoutent les inquiétudes concernant le renchérissement de l'euro, les investisseurs européens redoutant de voir la monnaie unique, actuellement proche de 1,19 dollar, passer au-dessus du seul psychologique de 1,20 après les annonces de la Réserve fédérale mercredi.

Selon Franck Dixmier, directeur des investissements obligataires pour Allianz Global Investors, la banque centrale américaine devrait mettre à profit sa réunion de rentrée pour préciser sa nouvelle stratégie visant à ramener les Etats-Unis au plein emploi et à favoriser la remontée de l'inflation.

Tous ces motifs d'inquiétudes relèguent au second plan les bons indicateurs chinois parus plus tôt mardi. La production industrielle dans le pays a pourtant accéléré en août tandis que les ventes au détail ont progressé pour la première fois de l'année.

Autre nouvelle encourageante, une représentante du Centre chinois de prévention et de contrôle des maladies a indiqué que les potentiels vaccins contre le coronavirus actuellement en développement en Chine pourraient être disponibles pour le grand public dès début novembre.

VALEURS EN EUROPE

L'actualité des entreprises anime la cote en Europe avec un bond de 5,16% pour Fiat Chrysler après l'annonce de la modification de certains termes de l'accord de fusion avec PSA (-1,91%).

L'équipementier Faurecia (-6,8%), détenu à 46% par PSA, souffre particulièrement alors que les nouveaux termes de l'accord prévoit que la cession de cette participation soit reportée de plusieurs mois.

De son côté, Fnac Darty prend 7,14%, la plus forte hausse de l'indice large parisien SBF 120, après les déclarations de son directeur général, Enrique Martinez, qui a dit espérer un chiffre d'affaires 2020 proche de celui de l'an dernier.

A la baisse, Carrefour (-3,26%) ferme la marche du CAC 40 après l'annonce par Crédit Agricole CIB de la vente de 25 millions d'actions représentant un peu plus de 3% du capital du distributeur.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les indices américains signalent pour l'instant une hausse modérée après la nette progression de la veille, portée par les signes de progrès dans le développement d'un vaccin contre le COVID-19 et par une série d'importantes opérations de fusions-acquisitions (M&A).

L'indice Dow Jones a gagné lundi 1,18% à 27.993,33 points et le S&P-500 a pris 1,27%, à 3.383,54 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 1,87% à 11.056,65 points.

Les géants de la "tech", dont la correction boursière a alimenté le mouvement de baisse des deux dernières semaines à Wall Street, ont cette fois globalement grimpé, à l'image d'Apple (+3%). Le titre Tesla, particulièrement volatil récemment, s'est envolé de 12,6%.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a reculé de 0,44%, affectée par le renchérissement du yen qui pèse sur les valeurs exportatrices et par des prises de profits après l'élection de Yoshihide Suga, le candidat plébiscité par les investisseurs, à la tête du Parti libéral démocrate (PLD).

L'indice CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a pris en revanche 0,8% après les bonnes statistiques sur la production industrielle et la consommation et les annonces sur le développement des vaccins contre le COVID-19.

CHANGES/TAUX

Le dollar perd 0,1% face à un panier de devises de référence sur fond de retour de l'appétit pour le risque, du moins aux Etats-Unis.

L'euro avance notamment de 0,2% pour remonter vers 1,19 dollar, prolongeant sa hausse pour une cinquième séance d'affilée.

Le yuan chinois a touché un plus haut de 16 mois sur les marchés offshore et onshore après les bons indicateurs économiques et le dollar australien prend 0,5% après la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque d'Australie qui n'a pas signalé de nouvelles baisses de taux à venir.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans est inchangé, à 0,67%, tout comme son équivalent allemand qui évolue à -0,48% dans les premiers échanges en Europe.

PÉTROLE

Les deux contrats à terme de référence sur le brut perdent chacun autour de 0,5% sur fond de craintes persistantes sur la faiblesse de la demande.

Le baril de Brent se traite à 39,40 dollars et celui du brut léger américain (WTI) à 37,10 dollars.

(édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !