»
»
»
Consultation

La prudence domine avant le G7 et après des indicateurs décevants

La prudence domine avant le G7 et après des indicateurs décevants

Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes reculent à mi-séance vendredi et Wall Street est attendue dans le rouge tandis que l'euro cède du terrain face au dollar et que les rendements obligataires repartent à la baisse, la prudence reprenant ses droits pour la dernière séance de la semaine avant un sommet du G7 qui sera dominé par les tensions commerciales.

À Paris, le CAC 40 perd 0,24% à 5.435,51 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,85% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,66%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,47%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,66% et le Stoxx 600 de 0,43%.

Le mouvement de repli généralisé affecte plus durement encore le marché italien, qui cède 1,65%.

"La sous-performance de l'Italie n'est pas terminée", prévient Deutsche Bank dans un point sur sa stratégie actions européennes. La banque allemande conseille entre autres de surpondérer légèrement les valeurs bancaires européennes en tablant sur une remontée des rendements obligataires.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,5% pour le Dow Jones comme pour le Standard & Poor's 500 et de près de 0,9% pour le Nasdaq.

Les valeurs technologiques américaines pourraient en effet mal réagir aux informations du Nikkei japonais selon lesquelles Apple a averti certains de ses fournisseurs d'une baisse de 20% de ses commandes de composants pour iPhone.

L'action du groupe à la pomme cédait plus de 2% dans les premiers échanges en avant-Bourse.

TRUMP ATTAQUE LA FRANCE ET LE CANADA AVANT LE G7

La baisse des actions s'accompagne d'un repli sur les emprunts d'Etat, dont les rendements repartent à la baisse après le rebond des derniers jours alimenté entre autres par les spéculations sur la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), qui réunit son Conseil des gouverneurs jeudi prochain.

Le rendement du Bund allemand à dix ans revient à 0,431%, en baisse de près de six points de base, alors qu'il avait repassé jeudi le seuil de 0,5% pour la première fois depuis deux semaines. Son équivalent américain retombe quant à lui vers 2,90% contre plus de 2,99% au plus haut jeudi.

Sur le marché des changes, le dollar s'apprécie de 0,32% face à un panier de devises de référence et l'euro abandonne 0,4% contre le billet vert à 1,175.

L'aversion au risque se nourrit entre autres des incertitudes sur l'issue du G7 à quelques heures de l'ouverture officielle du sommet au Canada. Les tensions commerciales vont dominer les discussions et Donald Trump a donné le ton - dur - des débats en accusant la France et le Canada de créer "des barrière douanières non monétaires" et d'imposer des droits de douane "énormes" aux produits américains importés.

Le secteur automobile européen, toujours sensible au risque commercial, cède 1,26%, l'une des plus mauvaises performances du jour avec les matières premières (-1,04%), plombé par le repli des cours des métaux du base et du pétrole.

ArcelorMittal (-2,71%) accuse la plus forte baisse du CAC.

KERING REGAGNE DU TERRAIN

L'actualité macroéconomique n'est guère plus encourageante: en Allemagne, la production industrielle a nettement baissé en avril et les exportations ont reculé, ce qui entretient les craintes d'un ralentissement marqué de la première économie d'Europe. En France, la production industrielle a poursuivi son repli en avril.

"A l'avenir, un possible ralentissement du commerce mondial lié au mouvement protectionnisme emmené par les Etats-Unis, constituera probablement un handicap pour la croissance allemande", estime Barclays, qui a ramené sa prévision croissance pour le deuxième trimestre de 0,6% à 0,4%.

Ces chiffres ont éclipsé ceux de la balance commerciale chinoise, qui montrent une réduction de l'excédent grâce à l'augmentation des importations.

Aux valeurs, le recul le plus marqué du Stoxx 600 est pour AMS, l'un des grands fournisseurs européens d'Apple, qui cède 6,89%. A Paris, STMicroelectronics abandonne 1,65%.

Deutsche Post chute de 6,85% et handicape le Dax après l'annonce d'un nouveau plan de restructuration.

A la hausse, Kering reprend 3,41% après une chute de 4,15% jeudi, porté par des relèvements d'objectifs de cours.

Ingenico (+4,35%) profite quant à lui d'une recommandation favorable de Barclays.

(Édité par Patrick Vignal)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com