La prudence devrait s'imposer avant l'emploi américain

La prudence devrait s'imposer avant l'emploi américain
La prudence devrait s'imposer avant l'emploi américain
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en léger repli vendredi à quelques heures de la publication des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis, prochaine inconnue pour les marchés maintenant que celle du plafond de la dette américaine est temporairement levée.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une baisse de 0,11% pour le CAC 40 à Paris comme pour le Dax à Francfort, de 0,08% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,09% pour l'EuroStoxx 50.

Tous ont gagné nettement plus de 1% jeudi, l'indice parisien (+1,65%) enregistrant sa meilleure performance depuis le 21 juillet, en profitant du soulagement provoqué par la perspective d'un accord au Congrès à Washington sur le relèvement du plafond de la dette.

Cet accord, qui écarte jusqu'à début décembre le risque d'un défaut des Etats-Unis, a déjà été adopté par les sénateurs et devrait l'être sans difficulté à la Chambre des représentants, donnant huit semaines aux parlementaires pour tenter de trouver une solution pérenne en s'accordant sur les projets budgétaires de l'administration Biden.

Le rapport mensuel du département du Travail américain qui sera publié à 12h30 devrait marquer une accélération de la reprise de l'emploi en septembre selon le consensus Reuters, qui table sur 500.000 postes créés en un mois. Les chiffres seront surtout étudiés du point de vue de leur implication pour la politique monétaire au moment où la Réserve fédérale se prépare à réduire ses achats d'obligations en surveillant à la fois l'emploi et l'inflation.

"Avec le COVID de nouveau clairement en phase descendante, je pense que le rapport sur l'emploi devrait être assez bon", explique James Knightley, chef économiste d'ING à New York. "Mais il y a encore des tensions sur le marché du travail car l'offre de main-d'oeuvre reste très tendue."

Parmi les autres facteurs importants susceptibles d'influencer la tendance des marchés ce vendredi figure la réouverture des marchés chinois après la semaine chômée de la fête nationale, une reprise pour l'instant sans accroc, grâce entre autres à l'annonce d'un retour à la croissance de l'activité du secteur des services en septembre. Les investisseurs attendent cependant les prochains épisodes du dossier Evergrande, en suspens depuis huit jours.

En Europe, les chiffres mensuels du commerce extérieur allemand montrent une baisse inattendue des exportations en août.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en nette hausse jeudi, sous l'impulsion des grandes valeurs technologiques, après l'accord bipartite provisoire au Congrès pour relever le plafond de la dette publique.

L'indice Dow Jones a gagné 0,98%, ou 337,95 points, à 34.754,94, le Standard & Poor's 500 a pris 36,21 points, soit 0,83%, à 4.399,76 et le Nasdaq Composite a avancé de 152,09 points (+1,05%) à 14.654,02.

Les technologiques ont porté la tendance avec par exemple des progressions de 0,9% pour Apple et 1,2% pour Amazon.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a fini en hausse de 1,34%, le rebond de Wall Street ayant favorisé des achats à bon compte. Toyota a par exemple pris 2,89% après neuf séances de baisse d'affilée.

Sur la semaine, le Nikkei a toutefois perdu 2,51%.

En Chine, après une semaine sans transactions, le SSE Composite de Shanghai avance de 0,56% et le CSI 300 1,33%, tirés notamment par les valeurs du transport aérien et du tourisme, mais le secteur de l'immobilier cède de nouveau du terrain avec les craintes persistantes concernant Evergrande et Fantasia Holdings.

À Séoul, Samsung Electronics est inchangé après la publication de résultats trimestriels provisoires en hausse mais légèrement inférieurs aux attentes.

CHANGES/TAUX

Le dollar reprend un peu de terrain face aux autres grandes devises (+0,10%) après la baisse subie la veille dans un contexte général de regain d'appétit pour le risque, mais il reste sous ses récents plus hauts.

L'euro se traite à 1,1547 dollar, contre 1,1527 au plus bas mercredi.

Du côté des emprunts d'Etat, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans poursuit sa remontée avant les chiffres de l'emploi américain: il a inscrit un nouveau plus haut de quatre mois à 1,594%. Dans son sillage, celui du Bund est en nette hausse dans les premiers échanges à -0,166%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est reparti à la hausse et s'achemine vers un bond de près de 5% sur la semaine, profitant entre autres des signes montrant que de plus en plus de gros consommateurs délaissent le gaz pour le pétrole pour des raisons de coût.

Le Brent gagne 1,35% à 83,06 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 1,48% à 79,46 dollars.

(Reportage Marc Angrand, avec Lucia Mutikani à Washington, édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !