»
»
»
Consultation

La promesse sur le glyphosate sera tenue, assure Philippe

La promesse sur le glyphosate sera tenue, assure Philippe
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La promesse d'Emmanuel Macron sur l'interdiction du glyphosate sous trois ans sera tenue et est partagée par l'ensemble du gouvernement, a assuré mercredi le Premier ministre Edouard Philippe, au lendemain du rejet à l'Assemblée nationale d'un amendement visant à graver cet engagement dans le marbre.

"Nous allons tenir les deux engagements qui ont été pris par le président de la République", a dit le chef du gouvernement à l'issue d'un séminaire gouvernemental à l'Elysée.

A savoir "l'engagement de ne jamais nous placer dans une situation où nous imposerions des obligations supplémentaires en France par rapport à celles qui sont exigées dans l'Union européenne (...) et celui "de faire disparaître l'utilisation de ce produit à un horizon de trois ans", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Plus que sur une "interdiction formulée par la loi", cet engagement, "partagé par l'ensemble du gouvernement", repose sur une transformation des pratiques et des méthodes", a-t-il ajouté. "C'est un travail beaucoup moins législatif, qu'un travail de solution avec les acteurs concernés."

Les députés ont rejeté mardi un amendement au projet de loi sur l'agriculture et l'alimentation qui visait à graver dans le marbre la promesse d'Emmanuel Macron, tout en autorisant des dérogations dans certains cas.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, soutenait cet amendement, mais pas son alter ego à l'Agriculture, Stéphane Travert, qui a eu le dernier mot.

Trente-quatre organisations, dont le WWF, Foodwatch, Greenpeace ou la Ligue contre le cancer, se sont élevées mercredi, dans un communiqué commun, contre une "trahison du gouvernement" et un "déni de parole donnée".

"La loi alimentation délaisse totalement la santé des citoyens", déplore l'association France Nature environnement dans un communiqué distinct. "Sur de nombreux points, le gouvernement se cache derrière l'argument de l'incitation plutôt que de l’interdiction, mais il ne fait au final aucun des deux."

Interrogé par les Echos, le secrétaire d'Etat à la Transition écologique a assuré mercredi que l'exécutif mettrait la pression sur les chercheurs et le monde agricole pour mettre fin sous trois ans à l'utilisation du glyphosate.

Sébastien Lecornu a réfuté dans le même temps l'idée selon laquelle le veto du gouvernement à une traduction dans la loi serait une "reculade".

(Simon Carraud et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com