Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

La Pentecôte divise encore, Xavier Bertrand promet d'y remédier

La Pentecôte divise encore, Xavier Bertrand promet d'y remédier
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le ministre du Travail s'est engagé à évaluer avant l'été le dispositif du lundi de Pentecôte travaillé, afin d'en améliorer les modalités qui divisent les Français après trois années d'application.

"On va améliorer les choses. Je ne suis pas là pour dire que tout va bien. Je suis attentif à ce que disent les Français", a déclaré Xavier Bertrand au micro de RTL.

"Il y a aujourd'hui nécessité d'avoir une évaluation du dispositif sans tabou", a-t-il ajouté, interrogé sur "la pagaille" que provoque depuis trois ans cette journée de solidarité pour les personnes dépendantes, âgées et handicapées.

Mise en place après la canicule de l'été 2003 où près de 15.000 personnes, essentiellement des personnes âgées avaient trouvé la mort, cette journée fait toujours débat.

Pour le Parti socialiste, le lundi de Pentecôte travaillé est générateur "d'inégalités et de pagaille". La mesure est "inefficace économiquement, met des millions de Français dans l'embarras et ne règle absolument pas le financement du risque dépendance", a rappelé le secrétaire national Bruno Le Roux lors d'un point de presse.

De plus, cette journée "a une paternité qui est celle de François Fillon, du temps du gouvernement Raffarin" et n'a pas été "un modèle de dialogue social puisqu'imposée sans concertation à tous les partenaires sociaux et associations" s'occupant de personnes dépendantes.

Les syndicats dénoncent des distorsions entre salariés, car il y a ceux qui bénéficient d'un week-end prolongé et ceux qui sont contraints de travailler. Selon un sondage d'OpinionWay pour le journal gratuit Métro, 59% des actifs chômeront cette année contre 41% qui travailleront.

De leur côté, des organisations de personnes dépendantes déplorent son caractère "stigmatisant et de charité publique".

Travaillé, mais non rémunéré, le lundi de Pentecôte rapporte deux milliards d'euros chaque année depuis trois ans et pour le gouvernement il n'est pas question de remettre en cause cette mesure.

La réunion d'évaluation, qui se tiendra sous l'autorité du Premier ministre, François Fillon, avec les ministres concernés est destinée "à faire le point (...) pour voir comment améliorer le dispositif", a dit sur RTL Xavier Bertrand, dont le portefeuille inclut les Relations sociales et la Solidarité.

INEGALITES D'APPLICATION

La mesure s'applique différemment dans les secteurs publics et privés. La plupart des administrations - écoles, crèches, postes, préfectures, mairies ou encore tribunaux - sont fermées, mais dans les transports publics, RATP et SNCF, un service réduit est assuré.

L'application varie également dans le secteur privé et pour les parents d'élèves qui travaillent, la journée peut se révéler un casse-tête.

Les poids lourds sont interdits de circulation pour des raisons de sécurité et la plupart des grandes entreprises, qui ne peuvent travailler ont donné un jour de congé à leurs salariés. C'est le cas pour les grands groupes industriels, les banques ou encore les assurances.

A l'inverse, dans les petites et moyennes entreprises, qui rassemblent près de la moitié des salariés du privé et ne peuvent offrir un congé, les salariés travaillent.

La CFDT dénonce "une mesure injuste, source "d'inégalités entre salariés" et note que certains peuvent poser un jour de congé ou de RTT alors que d'autres sont dans l'obligation de travailler.

Pour Force ouvrière, c'est "un nouveau 'travailler plus' mais cette fois pour gagner moins".

Pour la FNTAH, l'association des accidentés de la vie, "il convient de réfléchir à d'autres sources de financements solidaires si notre pays souhaite accompagner dignement et collectivement les personnes dépendantes".


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !