»
»
»
Consultation

La justice nantaise ordonne l'évacuation de "Gilets jaunes"

La justice nantaise ordonne l'évacuation de "Gilets jaunes"
Crédit photo © Reuters

NANTES (Reuters) - Le juge des référés du tribunal administratif de Nantes a ordonné jeudi l'expulsion des "Gilets jaunes" qui occupent un terrain près du périphérique nantais et deux ronds-points de Donges, près de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Cette occupation "fait courir des risques avérés et graves [aux occupants] ainsi qu’aux utilisateurs de la route, comme l’ont démontré divers accidents, dont certains mortels, survenus depuis le début du mouvement", estime le juge des référés, dans l'ordonnance concernant le terrain proche du périphérique.

Même si cette occupation a été jusqu'à présent "sans violence et sans gêne particulière pour la circulation des personnes et des biens", cela "ne saurait exclure à tout moment, dans un climat d’exaspération, des réactions particulièrement inappropriées de conducteurs de véhicules ou même de manifestants", considère le magistrat.

L'évacuation du terrain n'est donc "pas constitutive (...) d'une atteinte disproportionnée à la liberté de réunion" et présente "un caractère utile et urgent", conclut le juge.

L'ordonnance concernant les ronds-points de Donges n'était pas connue dans l'immédiat, mais son contenu a été confirmé par François Chéneau, le maire de la ville.

La préfecture de la Loire-Atlantique - qui avait saisi la justice après que la mairie eut refusé d'évacuer elle-même les cabanes et matériaux amassés par les occupants - avait demandé que l'expulsion puisse être "exécutée autant de fois que nécessaire en cas de réinstallation".

L'avocat des occupants avait pourtant rappelé à l'audience que les gendarmes eux-mêmes avaient fait état de distributions "ponctuelles" de tracts au niveau de la porte de Grand-Lieu, près du périhérique nantais, et que les Gilets jaunes y "veillaient à ne pas gêner la circulation".

"Ils n'en distribuent que quand il y a des bouchons en direction de l'aéroport", avait-il dit.

Me Pierre Huriet estimait également que l'expulsion de ses clients serait contraire à la "liberté de réunion", alors que les Gilets jaunes peinent à obtenir des salles municipales.

(Guillaume Frouin, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com