Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

La hausse devrait continuer à Wall Street avec les "techs"

La hausse devrait continuer à Wall Street avec les "techs"
Crédit photo © Reuters

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street devrait poursuivre sa trajectoire haussière mercredi au lendemain d'une nouvelle séance de records et les Bourses européennes en profitent à mi-séance, en attendant l'enquête ADP sur l'emploi qui pourrait s'ajouter à de récentes bonnes nouvelles macroéconomiques. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street d'environ 0,6% pour le S&P-500 et le Dow Jones et de 0,9% pour le Nasdaq. Mardi, le Nasdaq et le S&P ont une nouvelle fois inscrit des records en clôture, le premier terminant la journée à 21,7% au-dessus de son pic de février et le second à plus de 4% au-dessus de son record d'avant la crise sanitaire. À Paris, le CAC 40 gagne 2,25% à 5.048,98 vers 11h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 2,25% et à Londres, le FTSE s'octroie 1,72%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 2,06%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 2,2% et le Stoxx 600 de 1,97%.

L'appétit pour les actifs risqués est soutenu par les derniers chiffres sur l'activité dans le secteur manufacturier, surtout aux Etats-Unis, où l'indice ISM a atteint en août son plus haut niveau depuis novembre 2018 grâce à un bond des nouvelles commandes.

La baisse inattendue des ventes au détail en Allemagne en juillet () n'a suscité aucune réaction des marchés.

L'autorité européenne des marchés financiers (ESMA) prévient justement que les marchés boursiers sont exposés à des risques de corrections importantes après le rebond des derniers mois, déconnecté des fondamentaux économiques de la crise du coronavirus.

Le principal rendez-vous de la séance est la publication, avant l'ouverture de Wall Street, de l'enquête mensuelle du cabinet ADP sur l'emploi privé, (950.000 créations d'emplois sont attendues) en attendant la publication, jeudi, des chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage et surtout, vendredi, du rapport officiel du département du Travail.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Après neuf séances de hausse d'affilée, le secteur technologique américain devrait à nouveau soutenir la tendance et en particulier le S&P, qui enchaîne les records. Dans les échanges en avant-Bourse, Apple, Amazon.com, Facebook, Nvidia ou encore Slack Technologies gagnent de 1,3% à 2,4% dans d'importants volumes d'échanges.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, tous les secteurs sont en hausse à commencer par le compartiment des biens de consommation non-contrainte (+2,47%), celui de la technologie (+2,59%), qui évolue à un plus haut depuis 2001, et celui de l'industrie chimique (+2,82%).

A Paris, parmi les meilleures performances du CAC 40, les groupes de luxe Kering et Hermès prennent respectivement 4,11% et 3,57%. Saint-Gobain gagne 2,91%.

En tête du SBF 120, Eurazeo bondit de 8,15% après une recommandation d'achat de Bank of America.

Pernod Ricard s'octroie 2,72% après des résultats annuels en ligne avec les attentes même si le groupe de vins et spiritueux s'attend à un environnement encore "volatil et incertain" pour son exercice 2020-2021.

Suez s'adjuge 1,21% après l'évocation par Antoine Frérot, le PDG de Veolia (+2,22%), de la possibilité d'une offre publique d'achat en cas d'échec du projet de rachat des parts d'Engie (+0,73%) dans Suez. Contre la tendance, Vallourec chute de 9,32% après avoir dit vouloir élargir les discussions sur sa restructuration financière à l'ensemble de ses créanciers bancaires et obligataires.

CHANGES

Le dollar est en hausse pour la deuxième séance de suite face un panier de devises internationales après la hausse de l'activité manufacturière aux Etats-Unis.

L'euro recule à 1,1859 dollar après avoir franchi mardi la barre de 1,20 pour la première fois depuis mai 2018.

"Les gains du billet vert résultent de données de production américaines étonnamment solides et aussi de l'impact des déclarations publiques faites par un membre du conseil des gouverneurs de la BCE, qui a exprimé des inquiétudes quant à la force de la monnaie unique et à son impact sur les actions européennes", a déclaré Ricardo Evangelista chez ActivTrades.

Selon des propos rapportés par l'agence Bloomberg, l'économiste en chef de la BCE, Philip Lane, a déclaré mardi soir lors d'une conférence en ligne que "le taux de change euro-dollar est important".

Toutefois, pour Ricardo Evangelista, "la conjoncture actuelle implique toujours une faiblesse du dollar et la dynamique actuelle ne devrait être qu'une correction à court terme".

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement du Bund allemand à dix ans perd près de trois points de base à -0,446%, à un plus bas d'une semaine. Son équivalent américain gagne deux points à 0,69%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier salue l'annonce mardi soir par l'American Petroleum Institute (API) d'une baisse plus marquée qu'attendu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière (-6,4 millions de barils), qui amplifie l'impact des bons indices manufacturiers.

Le Brent, dans le vert pour la troisième séance d'affilée, gagne 0,35% à 45,74 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,4% à 42,93 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !