»
»
»
Consultation

La France en demande plus à l'UE sur les perturbateurs endocriniens

La France en demande plus à l'UE sur les perturbateurs endocriniens
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La France a exhorté vendredi la Commission européenne à mettre en oeuvre une politique plus volontariste contre les perturbateurs endocriniens, des substances omniprésentes soupçonnées de provoquer des maladies graves.

Cette demande, formulée par le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, et la secrétaire d'Etat Brune Poirson dans un communiqué est une réponse à la stratégie adoptée mercredi par l'exécutif européen.

Le document de la Commission vise à réduire l'exposition des Européens aux perturbateurs, décelables dans de nombreux produits de consommation courante comme les cosmétiques ou les produits alimentaires, et à favoriser la recherche dans ce domaine.

"La France se félicite (...) des avancées apportées par cette stratégie", écrivent François de Rugy et Brune Poirson. "Néanmoins, la France appelle la Commission à renforcer cette stratégie sur certains aspects et à en préciser le calendrier de mise en oeuvre."

François de Rugy et Brune Poirson demandent en particulier à la Commission "de s'assurer d'une prise en compte homogène de ces substances dans l'ensemble des législations européennes" et d'"anticiper le réexamen de certaines substances préoccupantes".

L'Union européenne s'est attaquée au sujet en élaborant une définition des perturbateurs endocriniens en juillet 2017, après de longs débats à Bruxelles.

La France a pour sa part conçu en 2014 une "stratégie nationale", actuellement en cours de révision.

La politique suivie depuis lors s'est révélée "opportune" mais insuffisante, selon un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) et du Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) publié en février.

(Simon Carraud, édité par Jean-Baptiste Vey)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com